Camp de jour : Chute-aux-Outardes reprend sa réflexion

Par Charlotte Paquet 11:00 AM - 04 juin 2020
Temps de lecture :

« Il faut croire les enfants quand il nous parle de violence ou d’abus. Ça serait agréable d’arrêter les veilles mentalités », dit Hélène Lepage, coordonnatrice d’ESPACE Côte-Nord.

Après avoir confirmé l’absence d’un camp de jour à l’été 2020, la municipalité de Chute-aux-Outardes est aujourd’hui moins campée dans sa décision. Les récentes annonces du gouvernement du Québec la portent à reprendre sa réflexion.

Mardi, Québec a annoncé qu’il soutiendra financièrement les municipalités pour l’organisation de camps de jour dans un contexte de COVID-19. Pour le moment, la nature de ce soutien n’est toujours pas connue.

Le lendemain, le gouvernement assouplissait sa position en écartant complètement la réduction des ratios de jeunes par animateur. De plus, il permettait l’utilisation des écoles pour l’accueil de groupes.

Même si sa décision finale reste à prendre, Chute-aux-Outardes lance une période d’inscriptions et reprend ses démarches pour le recrutement d’animateurs. D’ailleurs, les personnes intéressées par l’emploi sont invitées à se manifester à la direction du service des loisirs et de la culture au numéro 418 567-2144.

« On avait déjà ouvert des postes avant d’annuler le camp de jour, mais on avait eu très peu de candidatures », admet le directeur général de la municipalité, Rick Tanguay.

L’annulation des activités pour l’été avait également été prise parce qu’en raison des nouvelles restrictions, la municipalité manquait de locaux pour accueillir les groupes de jeunes. Aujourd’hui, ça ne tient plus.

Projections

L’an passé, 45 jeunes ont participé au camp de jour. Trois animateurs et un animateur-coordonnateur avaient été embauchés. Selon M. Tanguay, les projections pour 2020 étaient sensiblement le même nombre d’inscriptions, mais il aurait fallu le double d’animateurs pour respecter les consignes de Québec au sujet de la diminution des ratios.

La donne a changé cette semaine et la réflexion a repris. « En espérant que ce soit positif et qu’on soit capables d’opérer », conclut le directeur général.

À Pointe-Lebel, la décision concernant la tenue d’un camp de jour n’est pas encore prise. Du côté de Ragueneau et de Pointe-aux-Outardes, on en a annoncé l’annulation, mais c’était avant les mesures gouvernementales dévoilées cette semaine.

De son côté, la Ville de Baie-Comeau a déjà confirmé la tenue des activités de la Bande estivale et doit en faire connaître les tenants et les aboutissants vendredi.

Partager cet article