Baie-Comeau veut réduire le commerce itinérant au strict minimum

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Baie-Comeau veut réduire le commerce itinérant au strict minimum
La Place de la biosphère, sur Place La Salle, est l’un des deux endroits ciblés en ville pour l’instauration de marchés publics temporaires.

Les élus du conseil municipal de Baie-Comeau ont adopté lundi soir un règlement limitant autant que faire se peut l’accès aux vendeurs itinérants sur son territoire. Fini donc la vente de matelas dans les stationnements ou de manteaux d’hiver dans un hôtel.

Cette modification à la réglementation municipale est en droite ligne avec la toute nouvelle campagne d’achat local initiée par la Chambre de commerce et d’industrie de Manicouagan (CCIM). « On veut essayer de donner un coup de pouce le plus possible à nos commerçants », a expliqué le maire Yves Montigny.

Ainsi, les vendeurs itinérants, « qui ne louent pas à Baie-Comeau de commerces, de terrains et qui ne paient pas de taxes », de rappeler le maire, ne pourront plus faire de sollicitation porte-à-porte, de s’installer dans un stationnement de centre commercial ou de louer une salle d’hôtel pour vendre leurs produits.

« Avec la nouvelle réglementation, il ne sera plus possible de s’installer dans un hôtel, de vendre des manteaux d’hiver et d’en faire la promotion dans le journal ou à la radio, sans être un payeur de taxes », a lancé le maire comme exemple concret, ajoutant qu’une affiche « matelas à liquider, venez voir ça, non, on ne veut pas ça ».

M. Montigny souligne au passage que la municipalité ne peut évidemment pas interdire l’achat de biens à l’extérieur de la région, donnant en exemple des meubles achetés « chez Tanguay, pour ne pas le nommer » et livrés à domicile.

Achats en ligne

« On veut stimuler l’achat local, mais on ne peut pas empêcher les achats en ligne ou les transactions faites à l’extérieur », d’indiquer l’édile.

« Mais dans le cas où la transaction se ferait à Baie-Comeau, où par exemple on dirait : j’ai deux meubles dans mon camion, les achèterais-tu?, ça ne sera pas permis, sauf dans des endroits très précis qu’on appelle marché public », a-t-il ajouté.

La municipalité a identifié deux endroits pour installer ces marchés publics, qui pourront être ouverts durant des périodes bien précises, comme une foire ou un festival. Les endroits ciblés sont la Place de la biosphère, sur Place La Salle, et le stationnement Jalbert dans le centre-ville du secteur Mingan.

Selon le maire, ces marchés serviront principalement à faire la promotion des produits locaux, notamment bioalimentaires.

Yves Montigny a fait valoir en terminant que cette modification au règlement a été faite après avoir consulté la Chambre de commerce et d’industrie de Manicouagan, qui s’est élevée à quelques reprises contre le commerce itinérant sur le territoire de la municipalité.

Partager cet article

1
Laissez un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Ghislain Cyr Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Ghislain Cyr
Invité
Ghislain Cyr

Il faudrait que la ville supporte les commerce avec une publicité agressive: on accote le prix des concurrents extérieur. Je l’ai fait une fois en passage à Québec chez Reno Dépôt. Je cherchais un abri de voiture et J’ai vu un abri Harnois en spécial. J’ai appelé Roland Tremblay ici a Baie-Comeau et Vincent m’a répondu : Je te l’offre au même prix.
VOILÀ