La ferme des Champs Martin produira du foin pour chevaux

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
La ferme des Champs Martin produira du foin pour chevaux
Caroline Martin et son père Robert. Mme Martin chevauche Sunset, qui fait partie intégrante du projet puisque la bête est dans la famille depuis maintenant 16 ans. Photo courtoisie

La ferme des Champs Martin, de Pointe-Lebel, est l’une des cinq entreprises soutenues dans la Manicouagan par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). Pour la propriétaire des lieux, Caroline Martin, ce soutien de l’ordre de 25 000 $ contribuera à concrétiser son rêve de posséder des champs de culture de foin spécialisé pour les chevaux.

« Je rêve depuis longtemps d’avoir mes champs de culture », lance la native de Pointe-Lebel, qui a acquis depuis quelques années déjà les 23 acres de terrain boisé appartenant à sa famille. « Il y a quelques mois, j’ai monté mon projet d’affaires et j’ai amorcé le déboisement », enchaîne-t-elle.

Ceux et celles qui connaissent Caroline Martin savent que ce n’est pas une surprise si elle se lance dans le foin de commerce pour chevaux. La présidente de l’Association équestre de la Côte-Nord a d’ailleurs des chevaux à la maison.

« Dans la région, il y a environ 400 chevaux. La demande est donc grande et les gens doivent aller à l’extérieur pour chercher leur foin et ça revient à des coûts exorbitants », confie Mme Martin. « Je veux desservir le marché de la Côte-Nord, je ne me risque pas plus loin pour l’instant. »

Si elle ne se risque pas plus loin, justement, c’est parce que la propriétaire a déjà un emploi à temps plein comme avocate au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord. « Je fais vraiment ça (le projet) par passion. On verra dans quelques années si ça ira plus loin. »

Pour répondre aux besoins de ce marché nord-côtier, la productrice souhaite exploiter à terme une dizaine d’acres. Pour cette année, c’est le déboisement et le désouchage d’une partie de ce terrain. Les semis vont se faire l’été prochain et la première récolte, vraisemblablement en 2022. Le foin sera vendu en petites bottes carrées d’une quarantaine de livres.

L’aide accordée par le MAPAQ à la ferme des Champs Martin permettra donc à l’entreprise de travailler sur le sol, mais aussi à agrandir l’entrepôt et le ventiler, pour assurer la qualité du foin.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des