Du bon et du moins bon pour Pierre Rioux dans le plan de relance de la LHJMQ

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Du bon et du moins bon pour Pierre Rioux dans le plan de relance de la LHJMQ
Pour Pierre Rioux, si son Drakkar dispute tous ces matchs contre Chicoutimi, Rimouski, Québec, Shawinigan et Victoriaville, « ça va être de bons tests à chaque soir ».

Pour le directeur général du Drakkar de Baie-Comeau, le plan de relance sur lequel travaillent les autorités de la LHJMQ et le gouvernement du Québec afin de démarrer la saison 2020-2021 a bien des côtés positifs, mais il recèle aussi des points moins encourageants pour son club.

Selon le quotidien La Presse, qui a révélé ce plan, la Ligue de hockey junior majeur du Québec planche sur un projet de saison de 60 matchs (8 de moins que le calendrier habituel), qui débuterait le 1er octobre. Outre la division des équipes des Maritimes, qui demeure bien sûr la même, deux autres divisions seraient créées.

Ainsi, le Drakkar se retrouverait avec Rimouski, Chicoutimi, Québec, Victoriaville et Shawinigan. L’ensemble des matchs d’une équipe sera disputé à l’intérieur de sa division, une formule qui permettrait de réduire les coûts et de limiter au strict minimum les couchers à l’hôtel. L’autre division comprendrait Val-d’Or, Rouyn-Noranda, Gatineau, Blainville-Boisbriand, Sherbrooke et Drummondville.

Quant aux camps d’entraînement, ils s’ouvriraient le 26 août et seulement 34 joueurs seraient invités alors que le Drakkar a l’habitude de convier près d’une soixantaine de joueurs à son camp. La formule des séries éliminatoires reste à déterminer.

« Le côté positif, c’est que la ligue et le gouvernement travaillent fort pour permettre de reprendre nos activités de façon sécuritaire. Tant qu’il y a des discussions, il y a de l’espoir », de faire valoir Pierre Rioux, ajoutant que « la priorité, dans les circonstances, c’est d’assurer la sécurité des joueurs et de tout le monde ».

Des tests à chaque match

Rioux sourcille cependant à l’idée de se retrouver dans une division où quelques équipes, comme les Saguenéens et les Tigres, présenteront des alignements à maturité, alors que les Remparts et les Cataractes auront pris du coffre et que l’Océanic, malgré le départ quasi-certain d’Alexis Lafrenière, sera tout de même à considérer.

« Ça va être de bons tests à chaque match pour notre équipe, qui est encore en transition », de lancer le dg, qui assure au passage que « si c’est ça (les divisions) que ça prend pour relancer les activités, on va faire avec ».

Pour ce qui est de la question d’inviter 34 joueurs au camp, « dans le scénario proposé, c’est ça qui me fait le plus de peine », d’affirmer Pierre Rioux.

« On pouvait donner des chances à des gars, on est dans une situation pour le faire, mais pour plusieurs, la fenêtre d’opportunité vient d’être repoussée à l’an prochain. On va faire des rencontres Zoom avec les dépisteurs et l’équipe d’entraîneurs, mais je vais avoir des appels plates à faire à 26 joueurs. »

Quant à l’éventualité de disputer des matchs devant des estrades vides de partisans, Rioux se défend bien de vouloir répondre sur ce point à la place du propriétaire de l’équipe, la Ville de Baie-Comeau, « mais à mon avis, ça va prendre du monde dans les gradins pour avoir des revenus. Cette question-là sera sûrement évoquée dans les discussions entre la ligue et le gouvernement », a-t-il conclu.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des