Tarifs sur l’aluminium canadien : une riposte aux Américains est souhaitée

Photo de Vincent Rioux-Berrouard - Initiative de journalisme local
Par Vincent Rioux-Berrouard - Initiative de journalisme local
Tarifs sur l’aluminium canadien : une riposte aux Américains est souhaitée
Chez Alcoa, on rappelle que l'imposition de droits de douane ne réglera pas le problème de la surcapacité chinoise.

Le 6 août, le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé l’imposition de tarif douanier de 10% sur l’aluminium canadien. Les réactions sont nombreuses du côté canadien.

La députée de Manicouagan, Marilène Gill, et le Bloc québécois demande au gouvernement du Canada de riposter aux Américains en imposant des tarifs douaniers. Le Bloc demande aussi au gouvernement canadien d’investir dans la modernisation et la transformation de l’aluminium au Québec.

L’Association de l’aluminium du Canada(AAC) qui représente notamment Alcoa et l’aluminerie Alouette, c’est dit très déçu par la mesure prise par les Américains malgré l’entrée en vigueur récente du nouvel accord commercial entre le Canada, les États-Unis et le Mexique
(ACEUM).

Le président de l’AAC, Jean Simard a affirmé: « D’année en année, le Canada est la source d’aluminium primaire la plus fiable pour les États-Unis, fournissant du métal à faible teneur en carbone et produit de manière responsable aux prix mondiaux. Cette focalisation des États-Unis sur le Canada ne fait que détourner l’attention du vrai problème auquel est confrontée l’industrie de l’aluminium : la production chinoise d’aluminium subventionnée injustement et entraînant une surcapacité mondiale. »

Réaction chez Alcoa

Chez Alcoa, qui possède une aluminerie à Baie-Comeau, on se dit très déçu de la réimposition de droits de douane sur l’aluminium canadien. « L’application des droits de douane à un partenaire essentiel du libre-échange entraînera des perturbations inutiles pour les producteurs en aval dans toute l’Amérique du Nord et provoquera davantage de distorsions sur le marché », a écrit l’entreprise dans une réaction reçue par courriel.

Selon elle, l’imposition de ces droits, ce n’est pas ce qui va régler la question de la surcapacité chinoise, « qui est le problème fondamental auquel est confrontée la production d’aluminium primaire ». Elle considère que les États-Unis et le Canada devraient plutôt collaborer avec d’autres partenaires pour s’attaquer « aux subventions injustes qui ont incité la Chine à maintenir une surcapacité persistante ».

Le syndicat des Métallos a également réagi en souhaitant que le gouvernement Trudeau exerce des représailles tarifaires sur les produits américains en réponse à la surtaxe. Selon Dominique Lemieux,  directeur québécois des Métallos au Québec : « Le Canada et les États-Unis tirent chacun des avantages considérables d’un marché intégré de l’aluminium ». Il ajoute : « Les producteurs d’aluminium canadiens souscrivent à   des pratiques commerciales loyales et ne posent aucune menace à la sécurité nationale des États‑Unis ».

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a annoncé que des tarifs contre des produits américains seront imposés et qu’ils seront dévoilés aujourd’hui.

Avec Charlotte Paquet

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des