Orignaux sur la 138 : le MTQ n’écarte pas la pose de lampadaires

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Orignaux sur la 138 : le MTQ n’écarte pas la pose de lampadaires
Une troisième collision avec un orignal en deux semaines est survenue le 4 août sur le tronçon de la route 138 entre le carrefour giratoire à Pointe-Lebel et Chute-aux-Outardes.

Dès le début de l’automne, le ministère des Transports du Québec (MTQ) se penchera la meilleure option possible pour améliorer la sécurité sur la route 138 à l’ouest de Baie-Comeau, où les collisions impliquant des orignaux sont en croissance. L’installation de lampadaires n’est pas exclue.

C’est l’assurance qu’a obtenu le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, lors d’une rencontre avec les gens de la direction régionale du MTQ, jeudi, afin de discuter de divers dossiers, dont celui des nombreux accidents et passés proches survenus entre le carrefour giratoire à Pointe-Lebel et Chute-aux-Outardes depuis quelques années. Encore mardi soir de cette semaine, une troisième collision en deux semaines impliquant un orignal a eu lieu.

Blessé légèrement lors d’un impact avec un orignal le 22 juillet, Yves Boulianne a entrepris une croisade auprès d’élus afin d’améliorer la sécurité des automobilistes.

Déjà au fait des dangers qui guettent les automobilistes après avoir constaté une augmentation de la présence d’orignaux dans ce secteur de la route 138 au cours des dernières années, le député de René-Lévesque est inquiet et, lors de la rencontre de jeudi, il a demandé des solutions avant que le pire n’arrive.

Décision à l’automne

Selon M. Ouellet, le MTQ veut cibler la meilleure solution pour corriger la situation à risque, mais avant d’étudier le dossier, il attend les recommandations de sa direction environnementale.

« Évidemment, ils sont très sensibilisés à la problématique. Ils étaient déjà sur le dossier. Depuis un an, oui, la situation était problématique, mais pas considérée comme critique au Québec », dit-il, tout en précisant que la collision de la semaine dernière aurait changé la donne.

« Moi, j’ai plaidé fort pour l’installation de lampadaires et ça semble une solution possible. (…) S’il y a de la lumière, ils vont moins traverser et s’ils traversent, on va les voir mieux », précise le député. Tout comme le MTQ, il considère que la pose d’une clôture anticervidés ne servirait qu’à déplacer le problème ailleurs.

Bonne nouvelle, l’investissement nécessaire n’inquiète personne. « Ce n’est pas une question d’argent, c’est une question de trouver la bonne solution pour régler le problème », s’est fait dire M. Ouellet.

Comme c’est le cas pour la plupart du temps pour les projets élaborés par le MTQ, un délai de deux à trois ans pourrait s’écouler avant de sabler le champagne avec l’éclairage du secteur. L’élu a bien l’intention de tout faire pour faire accélérer les choses.

Pétition en circulation

À l’initiative de Normand Foster, un résident de Pointe-aux-Outardes, une pétition est sur le point d’être lancée afin que des dispositifs soient mis en place pour améliorer la sécurité routière sur la route 138 entre le carrefour giratoire à Pointe-Lebel et Chute-aux-Outardes, dans la foulée de la présence accrue d’orignaux.

M. Foster adresse sa requête au MTQ, mais en partenariat avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Dans le texte, il précise que la péninsule Manicouagan est « une passe migratoire dans l’axe nord-sud pour les orignaux ».

La pétition serait en circulation dans la Manicouagan. Dans environ une semaine, elle devrait être en ligne sur le site de l’Assemblée nationale.

Fait à noter, ce ne sont pas les trois dernières collisions qui sont à l’origine de la démarche puisqu’elle a été entreprise en février dernier, mais la pandémie aura fait retarder les choses.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des