Une saison « absolument pas rentable » à venir pour le Centre des arts de Baie-Comeau

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Une saison « absolument pas rentable » à venir pour le Centre des arts de Baie-Comeau
Dans cette saison particulière, le Centre des arts ne pourra évidemment pas couvrir ses frais. Il compte toutefois sur un certain soutien de Québec.

Si Marielle-Dominique Jobin rêvait du moment où elle allait pouvoir annoncer la reprise des activités du Centre des arts de Baie-Comeau, elle savait pertinemment que ce moment ne serait pas synonyme d’abondance aux guichets.

C’est que, comme tout le monde le sait déjà, les normes édictées par la santé publique limite à 250 personnes le nombre maximal pour un rassemblement à l’intérieur. Et ce ne sera même pas ce nombre dans la salle de spectacles de Baie-Comeau, qui sera limité à 200 spectateurs.

« On ne peut pas atteindre 250 personnes en raison de la distanciation de 1,5 mètre partout dans la salle », a fait valoir la directrice générale et artistique de l’établissement. Ce sera aussi réduit dans l’Espace Alcoa, avec 108 personnes maximum.

« Ce n’est absolument pas rentable », a lancé Mme Jobin lorsqu’interrogé sur la possibilité pour l’organisation de récupérer sa mise en 2020-2021. « On le fait en toute conscience. On voulait offrir une expérience même si on ne rentre pas dans nos frais », a-t-elle ajouté.

Rappelons toutefois que le gouvernement a déjà assuré les diffuseurs de spectacles qu’ils recevront une aide. Reste maintenant à savoir quel montant sera dévolu au Centre des arts par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), qui administre les sommes allouées par Québec.

Quant aux spectacles où il risque fort d’avoir plus de 200 personnes, comme celui de Guy Nantel, Marielle-Dominique Jobin se refuse « à faire un tri » entre qui aura accès et qui ne l’aura pas. Elle ose espérer que d’ici quelques mois, le nombre de personnes autorisées à assister à un spectacle en salle aura significativement augmenté.

Malgré ce manque à gagner, l’établissement de la rue de Bretagne a refusé de hausser le prix des billets, afin de demeurer accessible. Et la direction n’y va pas à l’économie, Mme Jobin assurant qu’il y aura tout de même « des gros noms à l’affiche à l’automne ».

De nouvelles normes à respecter

Évidemment, les normes à respecter dans cette reprise de la saison artistique seront nombreuses, comme dans les autres sphères d’activité de la société. Ainsi, outre les normes déjà connues (distanciation, masques lors des déplacements), il faut signaler que le bar sera fermé dès le début du spectacle et qu’il n’y aura pas d’entracte, afin de réduire la circulation.

Le vestiaire sera aussi fermé jusqu’à nouvel ordre. La sortie des spectateurs de la salle se fera également de manière progressive. La salle de spectacles invite de plus les spectateurs à apporter une gourde d’eau.

Pour ce qui est des spectacles qui ont été déplacés, les détenteurs de billets peuvent les conserver, car ils seront honorés aux dates de report.

Toutefois, si le spectacle est annulé ou que la date de report ne convient pas, trois solutions s’offrent, soit le remboursement de la totalité du coût du billet, l’échanger contre une carte-cadeau de valeur équivalente et obtenir 10 % de ce montant pour l’achat d’un autre billet ou encore ne pas demander de remboursement et ainsi faire un don au Centre des arts.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des