Lab-École : une architecte native de Baie-Comeau se démarque

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Lab-École : une architecte native de Baie-Comeau se démarque
Native de Baie-Comeau, l’architecte Lucie Paquet s’est démarquée au concours d’architecture Imaginons l’école de demain ensemble, lancé par l’organisme Lab-École. Photos courtoisie

Une architecte native de Baie-Comeau, Lucie Paquet, compte parmi les lauréats du concours d’architecture Imaginons l’école de demain ensemble, lancé par l’organisme Lab-École.

Le Lab-École veut rassembler diverses expertises afin de créer les écoles de demain, et ce, dans le cadre d’une réflexion collective et d’un projet de société. Ses trois membres fondateurs sont Pierre Thibeault, Pierre Lavoie et Ricardo Larrivée.

Fille du notaire retraité Wilbrod Paquet et de France Tremblay, qui résident à Baie-Comeau, Lucie Paquet fait partie du consortium Paquet-Taillefer et Leclerc architectes, dont la proposition a été couronnée pour la réalisation du lab-école Maskinongé en Mauricie. Quatre autres projets d’agrandissement et de construction d’écoles primaires au Québec ont aussi été retenus lors du concours, notamment à Rimouski.

Au bout du fil, l’architecte de 39 ans, qui a quitté la Manicouagan pour ses études à 18 ans, explique avoir eu l’opportunité de tenter sa chance au concours d’architecture avec sa partenaire Paulette Taillefer parce qu’il s’agissait cette fois-ci d’un « concours anonyme » permettant à tous de partir sur le même pied.

« C’est très difficile pour les jeunes pratiques d’avoir accès à ces projets-là de construction et d’agrandissement », explique celle qui est à son compte depuis trois ans seulement à Montréal.

Après que sa proposition ait été retenue parmi les quatre finalistes du concours pour le lab-école Maskinongé, le duo Paquet-Taillefer a accédé à la deuxième étape. « On devait s’associer avec des ingénieurs, des architectes de paysages et avec une plus grosse firme », poursuit-elle, d’où la collaboration avec Leclerc architectes.

Collée sur le milieu

« Notre proposition se distinguait, car on a vraiment voulu garder l’échelle du village de Maskinongé, un petit village », souligne Lucie Paquet, en précisant que l’école en question est toute petite et compte actuellement quatre classes seulement.

Un agrandissement permettra de doubler la superficie de l’établissement et d’y ajouter trois nouvelles classes de niveau primaire et trois autres de niveau préscolaire.

Sur le thème Rendez-vous sur la galerie pour évoquer l’importance des espaces extérieurs, la proposition gagnante permettra la création d’un milieu de vie bienveillant pour les enfants de la communauté, peut-on lire dans un communiqué de l’organisme Lac-École. Mme Paquet souligne l’importance accordée à l’aménagement d’un « grand gymnase avec de grandes portes coulissantes donnant sur la cour ».

La culture maraîchère grâce à de grands jardins, la cuisine et la nature sont d’autres aspects cruciaux du projet. « La bibliothèque est à même les corridors de l’école », précise encore l’architecte, en notant également les particularités des espaces d’apprentissage. « C’est quand même assez différent des écoles d’aujourd’hui », assure-t-elle, en rappelant que la communauté aura accès à toutes les installations une fois les cours terminés.

Les plans et devis sont en réalisation pour l’agrandissement de l’école Saint-Joseph afin de la convertir en lab-école dont l’ouverture est prévue à la rentrée scolaire 2022.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des