Air Liaison modifie son horaire et ses tarifs pour répondre aux besoins de la Côte-Nord

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Air Liaison modifie son horaire et ses tarifs pour répondre aux besoins de la Côte-Nord
Air Liaison met en place mercredi un nouvel horaire de vols et une grille tarifaire révisée à la baisse. Photo courtoisie

Air Liaison lance aujourd’hui (16 septembre) un nouvel horaire de vols et une grille tarifaire révisée à la baisse afin de répondre aux besoins exprimés par le milieu nord-côtier.

« Il fallait reconnecter les régions aux grands centres », lance Nicolas Durand, chef pilote et directeur des opérations. Faut-il rappeler qu’à la fin juin, Air Canada a annoncé l’abandon de nombreuses liaisons dans les régions du Québec, notamment sur la Côte-Nord.

Le transporteur a sondé les élus pour s’assurer d’offrir un horaire qui correspond à leurs attentes et à celles du monde des affaires. Ainsi, l’aller-retour quotidien entre Sept-Îles et Baie-Comeau vers Québec et Montréal prévoit désormais un départ en début de matinée et un retour en fin d’après-midi.

Depuis le début septembre, Air Liaison a en effet ajouté la métropole à ses destinations. « On est les seuls à Baie-Comeau à proposer Baie-Comeau, Québec et Montréal », lance-t-il, en rappelant que du côté de Pascan, l’arrivée se fait à Saint-Hubert et non à l’aéroport Montréal-Trudeau.

Tarifs à la baisse

L’implantation de nouveaux tarifs concurrentiels devrait aussi encourager les gens à choisir le transporteur régional pour leurs déplacements. C’est du moins le pari qu’il fait. « On a été capables de descendre les prix de 30 % », indique M. Durand.

Dans les faits, plus de 50 % des sièges sur tous les vols en partance de Sept-Îles, Baie-Comeau et Val d’Or à destination de Québec et Montréal seront à moins de 400 $ taxes incluses pour un aller simple.

Même qu’un voyageur peut s’attendre à payer 299 $ pour un aller simple vers Québec ou Montréal s’il réserve suffisamment à l’avance.

« En amalgamant des catégories de prix variant en fonction du délai de temps entre la réservation et le départ ainsi qu’en établissant des tarifs spécifiques à un nombre de sièges limité, nous sommes parvenus à trouver une formule qui, nous croyons, est abordable et accessible. »

Un risque

Le chef pilote et directeur des opérations ne cache pas qu’Air Liaison prend un risque en sabrant dans le prix du billet alors que l’achalandage n’a pas nécessairement augmenté ces derniers mois.

« Normalement, on augmente l’achalandage avant de revoir les tarifs à la baisse. On prend un risque, mais on a pris le temps de faire le tour des élus pour faire un horaire répondant à la demande des gens d’affaires », conclut-il, confiant que la clientèle sera au rendez-vous.

Air Liaison remplit sa mission de transporteur régional avec des appareils de 9 et 18 passagers. Dans le premier cas, 5 sièges seront disponibles à bas coût et dans le second, il est question de 10.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des