Reconfinement : la Chambre de commerce espère l’exclusion de la Côte-Nord

Par Charlotte Paquet 2:26 PM - 06 janvier 2021
Temps de lecture :

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Manicouagan, Antonio Hortas, affirme que » le remède risque d’être pire que le mal » si la Côte-Nord doit être reconfinée.

Même si le message qui émane des officines gouvernementales ne semble pas tabler là-dessus, la Chambre de commerce et d’industrie de Manicouagan (CCIM) continue d’espérer l’exclusion de la Côte-Nord au reconfinement du Québec.

Avec 15 cas actifs dans la région, l’état de la pandémie est à des années-lumière de ce qui se passe dans l’ensemble de la province, laisse entendre le président de l’organisation, Antonio Hortas.

« D’une région à l’autre, la situation n’était pas la même et dans certaines situations, le remède risque d’être pire que le mal. Il faut faire attention pour ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain », prévient-il.

À l’instar d’à peu près tout le monde en région, Antonio Hortas se croise les doigts et espère que le premier ministre Legault écoutera la Côte-Nord dans les annonces qu’il fera sur le coup de 17 h, mercredi.

« Le remède de cheval, est-ce que c’est approprié? On peut se questionner », poursuit-il en soulignant que depuis le début de la pandémie, Québec a déjà démontré une oreille bienveillante par rapport à la réalité nord-côtière.

À la grandeur du Québec, les gens seraient de plus en plus nombreux à faire fi des mesures sanitaires pour limiter la propagation de la COVID-19, d’où l’explosion des cas et la pression sur les hôpitaux.

Or, si un relâchement avait été observé sur la Côte-Nord en décembre, ça se répercuterait maintenant dans les bilans quotidiens, ce qui n’est pas le cas, fait remarquer le président de la CCIM.

Il conclut en soulignant que cela « veut dire que la Côte-Nord s’est prise en main ».

Partager cet article