Les clubs de ski de fond prient pour de la neige

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Les clubs de ski de fond prient pour de la neige
Seulement deux des 12 pistes du club Norfond sont ouvertes en raison du manque de neige. (Photo : Club Norfond)

S’il fait le bonheur des gens qui détestent le pelletage, le manque de neige depuis plusieurs semaines nuit à certaines activités de plein air. Parlez-en aux responsables des clubs de ski de fond de Baie-Comeau, qui ne peuvent encore ouvrir la totalité de leurs sentiers à la mi-janvier.

Au Norfond, à peine deux des 12 pistes sont accessibles pour le moment. Il s’agit du Boulevard et de la Suédoise. Pour les autres, le manque de neige rend leur préparation impossible.

« On a quand même tout près de 19 km de sentier d’ouverts », souligne Ricky Young, président du club depuis une quinzaine d’années. Ils peuvent accueillir les amateurs du pas de patin tout comme ceux du pas classique.

C’est sûr qu’en termes de possibilités, le choix de pistes et les défis propres aux caractéristiques de chacune sont limités. « C’est certain que quand tu passes dans un sentier plus étroit, tu es plus en communion avec la nature », reconnaît le président, en faisant référence à d’autres pistes toujours fermées.

Malgré la faible épaisseur de neige au sol, le club parvient à offrir une belle qualité de sentiers. « Les gens nous félicitent et nous disent comment les sentiers sont beaux, car ils savent bien qu’il n’y a pas beaucoup de neige », indique le président.

À ce temps-ci de la saison, l’ensemble des sentiers du Norfond sont généralement ouverts, à quelques rares exceptions. La pénurie de neige de cette année survient après deux hivers marqués par de grandes quantités d’or blanc.

En entrevue avec Le Manic en novembre, Ricky Young disait s’attendre à un engouement plus élevé pour la pratique du ski de fond cet hiver en raison de la pandémie et il ne s’est pas trompé. En l’espace d’un an, le club est passé de 88 membres à 115 pour le moment.

Le président s’en réjouit d’autant plus que les adhésions étaient plutôt sur une pente descendante depuis quelques années.

Rivière Amédée

Le club Les Sentiers de la rivière Amédée souffre aussi de la pingrerie de Dame Nature cet hiver. Là aussi, quelques sentiers n’ont pas encore été ouverts, tandis que d’autres sont tantôt ouverts et tantôt fermés.

Président du club, Jacques Bérubé rappelle que les bénévoles à l’entretien font des miracles en allant chercher de la neige où ils peuvent pour la préparation des pistes. « Les pistes en bas, disons que c’est correct, c’est sécuritaire », indique-t-il, en faisant référence à la zone autour de l’accueil et du chalet La Rencontre.

Il n’en reste pas moins que Jacques Bérubé affirme mettre son chapelet sur la corde à linge, pour reprendre l’expression consacrée, plus souvent qu’à son tour pour qu’une bonne tempête de neige s’abatte sur la Manicouagan et lui permettre d’offrir à nouveau à ses 600 membres des pistes de qualité A1.

« Habituellement, je suis pas mal collecté en haut, mais c’est plus difficile cette fois-ci », illustre celui qui devrait voir ses prières enfin exaucées en fin de semaine. Environnement Canada prévoit effectivement près de 30 cm de neige à compter de la nuit de samedi à dimanche. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Au sujet des membres, le volubile président rappelle qu’il en comptait 550 la saison dernière. Homme de défis, il croit pouvoir atteindre le cap des 700 membres d’ici la fin du mois de janvier si la neige se met finalement à tomber pour la peine.

D’ailleurs, dès qu’il le peut, il invite les fondeurs croisés sur les pistes ou à l’accueil à propager leur enchantement pour la pratique du ski de fond afin de susciter un effet d’entraînement. La location d’équipements de ski pour les enfants et les adultes pour la durée de la saison, plutôt qu’à la journée en raison des mesures sanitaires, aura également permis de mousser la popularité du club.

Ski alpin et motoneige

D’autres activités de plein air hivernal ressentent également les effets du peu de neige.

À titre d’exemple, à la station de ski mont Ti-Basse, des pistes demeurent inaccessibles. Leur enneigement se poursuit.

Du côté de la motoneige, le manque de couvert neigeux apporte également son lot d’obstacles. La majorité des sentiers ouverts n’offre pas une qualité optimale et d’autres sentiers sont fermés.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires