L’APTS réagit aux débordements à l’urgence de Baie-Comeau

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
L’APTS réagit aux débordements à l’urgence de Baie-Comeau
Présidente de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), Andrée Cormier réagit aux débordements importants à l'urgence de l'Hôpital Le Royer à Baie-Comeau depuis de nombreux mois. (Photo : APTS)

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) réagit aux débordements fréquents qui frappent l’urgence de l’Hôpital Le Royer à Baie-Comeau en réclamant des investissements dans le soutien à domicile et les soins de longue durée.

Dans un communiqué transmis le 13 janvier, le regroupement syndical demande que de l’argent soit injecté pour les services de soutien à domicile et dans les ressources intermédiaires de la Côte-Nord. Il rappelle que le 5 janvier, le taux d’occupation des patients sur civière à l’urgence baie-comoise a atteint 230 %, comme l’avait révélé Le Manic.

« Le CISSS de la Côte-Nord justifie cet engorgement par le manque de places en hébergement de longue durée, mais cela fait des années que nous répétons que le nombre de places disponibles en CHSLD et en ressources intermédiaires dans la région doit être augmenté », martèle la présidente de l’APTS au Québec, Andrée Poirier.

Elle rappelle que la population de la Manicouagan est vieillissante, que les besoins vont continuer de s’accroître et que les listes d’attente pour l’obtention d’une place contiennent des dizaines de noms de personnes.

L’APTS considère que « la solution passe, entre autres, par un investissement dans les services en maintien à domicile pour les personnes aînées afin de leur permettre de continuer à faire partie intégrante de leur communauté ».

Elle réclame aussi l’ouverture de places en CHSLD et en ressources intermédiaires pour accueillir les personnes qui ne peuvent tout simplement pas demeurer chez elles.

« Mais actuellement, ce sont plutôt les lits de l’urgence qui s’avèrent le dernier recours », peut-on lire dans le communiqué. Or, du côté du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord, on explique plutôt les engorgements à l’urgence par le nombre de personnes en perte d’autonomie qui occupent des lits d’hospitalisation dans l’attente d’une place dans un milieu de vie plus adapté. Pour en savoir plus, cliquez ici.

L’APTS dit sonner l’alarme, car les débordements ne sont pas uniques à l’urgence de Baie-Comeau sur la Côte-Nord et les personnes en perte d’autonomie doivent être traitées avec dignité. Elle considère aussi que la construction d’une maison des aînés, dont la livraison est prévue à l’automne 2022, ne réglera pas le problème actuel d’accès aux services.

L’organisation syndicale représente 950 membres dans le réseau de la santé et des services sociaux sur la Côte-Nord. Ils oeuvrent notamment dans le secteur des diagnostics, de la réadaptation, de la nutrition et de l’intervention psychosociale.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires