Le F.-A.-Gauthier de nouveau mis K.-O. par une fuite d’huile

Par Charlotte Paquet 3:58 PM - 09 avril 2021
Temps de lecture :

Le F.-A.-Gauthier a raté son retour en service après une absence de quatre mois à la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout. Il laisse encore échapper de l’huile.

Le F.-A.-Gauthier n’aura pas réussi son retour en service graduel avec une note parfaite. Il est à nouveau immobilisé au quai à Matane après que des traces d’huile aient été aperçues à la surface de l’eau.

« Nous avons observé une minime quantité d’huile à la surface de l’eau et on se doute bien que ça vient du F.-A.-Gauthier », explique Bruno Verreault, porte-parole de la Société des traversiers du Québec (STQ). Il a parlé de quelques millilitres seulement.

On se souviendra que la première traversée du navire entre Matane et la Côte-Nord s’est déroulée le 1er avril. Son retour est survenu après un arrêt de quatre mois et une période en cale sèche destinée à régler les problèmes aux joints d’étanchéité des propulseurs.

Il était déjà entendu que le retour en service du traversier se ferait de façon graduelle, et en alternance avec le Saaremaa I, afin de permettre son opérationnalisation et la formation du personnel.

« Nous sommes en période de rodage », rappelle M. Verreault, en soulignant que cela inclut le calibrage de la pression d’air à l’intérieur des propulseurs. Selon lui, la fuite d’huile est reliée à un mauvais calibrage. « On aurait aimé sortir du chantier Davie et que tout soit à 100 % dès le départ », admet-il.

Au cours de la semaine, des travaux ont été réalisés avec la collaboration du fabricant des propulseurs. La STQ ignore combien de temps sera nécessaire pour corriger cet énième problème avec le navire.

La nouvelle fuite d’huile a été rapportée à Transports Canada.

« On continue le service avec le Saaremaa. Il y a de la formation à donner à travers ça sur le F.A.-Gauthier », poursuit Bruno Verreault. Plusieurs nouveaux employés apprivoisent actuellement le navire, notamment au chapitre d’exercices en cas d’incendie.

Partager cet article