Déconfinement : » Là, au moins, on sait où en s’en va »

Par Charlotte Paquet 9:40 AM - 19 mai 2021
Temps de lecture :

Les entreprises touristiques de l’ouest de la Côte-Nord ont particulièrement souffert de l’interdiction de déplacements sur la Côte-Nord puisque leur saison commence généralement en mai. On aperçoit ici l’Hôtel Tadoussac. Photo Marc Loiselle – Tourisme Côte-Nord

« La bonne nouvelle principale, c’est qu’on a enfin une prévisibilité. Là, au moins, on sait où on s’en va », s’est exclamé le directeur général de Tourisme Côte-Nord, Paul Lavoie, dans la foulée du plan de déconfinement dévoilé mardi par le gouvernement Legault.

De toutes les phases d’assouplissements annoncées, M. Lavoie retient celle qui s’amorcera le 28 mai avec la levée de l’interdiction de déplacements vers la Côte-Nord, une mesure qui a notamment fait très mal au carnet de réservations des pourvoiries.

« Pour les pourvoyeurs, on aurait aimé l’ouverture une semaine plus tôt. Leur temps des fêtes à eux, c’est la pêche à la truite et la chasse à l’ours au printemps et le long week-end de la fête des Patriotes, c’est achalandé », a indiqué le directeur général, en ajoutant que les pourvoiries réalisent une bonne part de leur chiffre d’affaires en mai et en juin.

Même si tout n’est pas rose, il n’en reste pas moins que Tourisme Côte-Nord accueille avec grand bonheur la possibilité de tenir des festivals et d’autres grands événements dans les prochains mois, bien que des contraintes demeurent. Oui, c’est important pour attirer des touristes, mais, comme l’a souligné Paul Lavoie, « comme citoyen de la Côte-Nord, j’en profite aussi ».

L’incertitude qui planait ces dernières semaines au Québec a principalement nui aux intervenants touristiques de l’ouest de la région, puisque leur saison touristique s’amorce souvent dès le début mai. Les réservations n’étaient pas au rendez-vous.

Par contre, M. Lavoie a fait remarquer que pour la très haute saison touristique en juillet et en août sur la Côte-Nord, les Québécois ont tout de même été nombreux à effectuer des réservations.

De la cohérence

Pour sa part, le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, a salué la cohérence du plan de déconfinement, dont les morceaux, a-t-il dit, semblent s’emboîter les uns dans les autres.

Le retour de la Côte-Nord au palier d’alerte jaune dès le 24 mai le ravit évidemment, tout comme le retour des sports d’équipes extérieurs à compter du 11 juin. Il a une pensée pour la pratique du dekhockey, dont la popularité a crû de façon exponentielle ces dernières années.

L’accès à des activités extérieures rassembleuses pendant l’été, comme des festivals ou autres rendez-vous, réjouit aussi Yves Montigny. « Il faut qu’on ait des lieux pour être festif. »

Même si ce dernier aurait souhaité que la circulation entre les régions soit permise un peu plus tôt, il a soulevé l’importance de demeurer prudent. « C’est important qu’on ne se contamine pas les uns et les autres. »

Le vert plus tôt?

Le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, est également soulagé des assouplissements dévoilés mardi, entre autres cette fameuse levée de l’interdiction de déplacements vers la Côte-Nord. « C’est ce à quoi on s’attendait », a-t-il lancé d’entrée de jeu.

Selon lui, bien des détails restent cependant à préciser, comme le nombre de personnes d’adresses différentes permis dans les chalets des pourvoiries et le port du masque pour les élèves du primaire.

Étant donné la situation épidémiologique de la région, M. Ouellet s’attend maintenant que la région tombe bascule au palier d’alerte vert plus tôt que l’ensemble du Québec, où c’est prévu dans la dernière semaine de juin si tout va bien. Il verrait très bien la Côte-Nord verdir vers la mi-juin, et ce, d’autant plus que la vaccination va très bien.

Avec le retour en zone jaune dès le lundi 24 mai, les rassemblements intérieurs à deux bulles familiales seront à nouveau permis. « Il va y en avoir d’autres soupers de crabe ou de homard », a-t-il souligné d’un ton enjoué.

Partager cet article