La MRC sauve de l’argent grâce à la COVID-19 et Québec

Par Steeve Paradis 4:31 PM - 08 juillet 2021
Temps de lecture :

Grâce à une contribution spéciale du ministère des Transports, la MRC de Manicouagan a pu considérablement réduire le déficit de l’aéroport de Baie-Comeau.

La MRC de Manicouagan a enregistré un surplus d’un peu plus de 1,5 M$ en 2020, révèlent ses états financiers. La pandémie de COVID-19 et, surtout, des revenus plus élevés qu’espérés en provenance de Québec expliquent ce résultat.

Avec bien sûr moins de dépenses au plus fort de la pandémie, cette colonne est passée de 7 063 379 $ comme prévision à 6 618 775 $ en réalité. De plus, la MRC a reçu rien de moins que 2,1 M$ de revenus en plus que son budget le prévoyait, de sorte que le déficit anticipé de 1 374 862 $ s’est transformé en surplus de 1 188 791 $.

La presque totalité de cette somme de 2,1 M$ inattendue provient des redevances sur les ressources naturelles versées par le gouvernement du Québec. « Ces redevances-là, ce n’était pas prévu au budget. On s’attend à ce que ces revenus soient récurrents, au moins jusqu’en 2023 ou 2024 », a indiqué le préfet Marcel Furlong, durant une rare séance du conseil des élus tenue en matinée jeudi.

Le préfet souligne également que la MRC a reçu une somme spéciale du ministère des Transports afin d’éponger une partie du déficit de l’aéroport de Baie-Comeau, dont elle est propriétaire. Avec cette aide, le déficit est passé de 385 000 $ à 131 000 $.

Dans à peu près tout ce qui concerne la gestion (financière, administrative, foncière et de villégiature), les dépenses ont également été nettement moindres. « Personne ne se déplaçait, il n’y avait pas de sortie, pas de congrès pour le politique ou le personnel. On a aussi diminué d’autres dépenses », a énuméré M. Furlong pour expliquer ce résultat.

La dette à long terme de la MRC de Manicouagan s’établit à 2 510 560 $, dont 85 % relève du Fonds local d’investissement, du Fonds local de solidarité et du Programme d’aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises. « Il n’y a donc aucune dette à long terme à la charge des municipalités de la MRC », a précisé la directrice financière de la MRC, Frédérike Gagnon.

Quant au territoire non organisé (TNO) de la Rivière-aux-Outardes, les états financiers affichent un surplus de 44 105 $, principalement dû à la taxation à la suite de la rénovation de bâtiments non résidentiels.

En 2020, la MRC a aussi complété dans le TNO la mise en place de trois sites pour que résidents du secteurs et villégiateurs puissent disposer de leurs matières résiduelles. Elle a dépensé pour ce faire 82 929 $, en provenance du Programme de mise en valeur intégrée d’Hydro-Québec.

Partager cet article