Le maire de Baie-Comeau présente ses demandes aux candidats fédéraux

Par Steeve Paradis 6:00 AM - 09 septembre 2021
Temps de lecture :

Le maire Yves Montigny entend bien soumettre sa liste de demandes aux candidats à l’élection fédérale d’ici la tenue du scrutin.

D’ici le 20 septembre, jour du scrutin, Yves Montigny compte bien parler avec chacun des candidats en lice dans Manicouagan pour cette élection fédérale. Cinq dossiers figureront à l’ordre du jour du maire de Baie-Comeau et elles concernent toutes le développement de la région.

Le premier projet concerne la création de places en garderie, « un problème majeur » selon le maire. « Pour attirer des gens, ça prend absolument des places en garderie. Il y a des mamans qui doivent prendre des congés sans solde ou des familles qui songent à partir parce qu’il n’y a pas de place », a-t-il lancé.

On retrouve ensuite le financement de la recherche et du développement des produits de seconde et troisième transformations des ressources de la forêt boréale.

« On s’est battus à Baie-Comeau dans les dernières années pour avoir un pôle spécifique sur la forêt boréale, avec le pavillon du CEDFOB (Centre d’expérimentation et de développement en forêt boréale). On s’est fait dépasser par d’autres pays en ce qui concerne l’innovation forestière et il y a quelque chose à travailler là », a fait valoir Yves Montigny.

Le maire souhaite aussi voir un meilleur financement d’Ottawa de la zone industrialo-portuaire de Baie-Comeau. Il estime que les infrastructures portuaires de Montréal ont toujours droit à une grosse part du gâteau fédéral en la matière.

Le Québec, et Baie-Comeau en particulier, est un endroit privilégié pour faire de l’exportation vers l’Europe et l’est des États-Unis. Baie-Comeau est un emplacement stratégique sous-utilisé. On dirait qu’au Québec, il n’y a que le port de Montréal

Le maire Yves Montigny

Encore la main-d’oeuvre

Comme il l’a déjà exigé il y a quelques semaines en compagnie du président de la Chambre de commerce et d’industrie de Manicouagan, Antonio Hortas, M. Montigny attend la création d’un programme pour contrer la pénurie de main-d’œuvre.

La cinquième demande va dans le même sens, soit l’élimination des lourdeurs administratives entourant l’embauche de travailleurs étrangers et l’accueil de nouveaux immigrants économiques.

« Le problème de la main-d’œuvre, on dirait que les partis fédéraux ne savent pas comment le prendre, mais c’est rendu partout, indique-t-il. Ça m’inquiète beaucoup, notamment en ce qui a trait aux emplois saisonniers. S’il n’y a plus personne pour occuper les emplois saisonniers, on ne pourra plus offrir de services aux touristes. »

Quant à savoir s’il pourra parler à tous les candidats, Yves Montigny n’en est pas convaincu. Il rencontrait mercredi après-midi la députée sortante, la candidate du Bloc québécois Marilène Gill, et attendait un retour de l’équipe de Rodrigue Vigneault, le candidat conservateur avec qui il avait déjà discuté quelques jours avant le déclenchement des élections.

Mais pour ce qui est de Bianca Girard (Parti libre Canada), Thomas Gagné (Parti libéral) et Nichola St-Jean (NPD), « qui ne font pas vraiment campagne, je les invite à me contacter. Je pense que ça doit faire partie des tâches des candidats de se renseigner sur les enjeux qui concernent les principaux pôles de la circonscription que sont Baie-Comeau et Sept-Îles », a-t-il conclu.

Partager cet article