Roulotte et remorque garées dans les rues : Baie-Comeau durcit le ton

Par Charlotte Paquet 10:00 AM - 09 septembre 2021
Temps de lecture :

Directeur général de la Ville de Baie-Comeau, François Corriveau espère que le rehaussement des amendes aura un effet dissuasif auprès des contrevenants au règlement concernant la circulation et le stationnement.

La Ville de Baie-Comeau durcit le ton à l’égard des citoyens qui stationnent remorque, roulotte, véhicule récréatif ou tout autre type de véhicule non motorisé sur un chemin public dans les quartiers résidentiels au-delà de la période permise de 48 heures.

Par la modification de son règlement concernant la circulation et le stationnement, la municipalité modifie à la hausse les amendes remises aux contrevenants. Dorénavant, les contrevenants devront payer 75 $ à la première offense et les récidivistes allongeront 600 $.

« Dans le cas des stationnements, on a vécu certaines problématiques où des gens abusent de leur droit de stationner dans la rue. Ça crée beaucoup de préjudice au voisinage », a expliqué récemment le directeur général de la municipalité, François Corriveau.

Pendant la belle saison , il n’est pas rare d’apercevoir ce genre de véhicule stationné en bordure des rues. Parfois, un propriétaire ira même jusqu’à le garer devant la résidence de son voisin pour ne pas nuire à sa propre visibilité.

La municipalité permet ce type de stationnement pour 48 heures. Au-delà de cette période, les propriétaires doivent déplacer leur véhicule. Or, il semble que certaines personnes déjouent le système en le déplaçant de quelques pieds à peine chaque 48 heures afin de se conformer à la réglementation.

Attitude frondeuse

Des citoyens en infraction sont même allés jusqu’à adopter une attitude frondeuse avec les autorités de la Ville. « Ils nous ont dit envoyez-les vos constats d’infraction. Ça ne nous dérange pas de payer 75 $, puis ma roulotte, elle va passer l’été dans la rue », a poursuivi le d.g.

Constatant que l’amende prévue au règlement n’avait pas l’effet dissuasif recherché, la municipalité a décidé d’agir en l’augmentant. Elle demeure à 75 $ dans le cas d’une première contravention. Dans les cas de récidive, elle passe à 600 $.

« Les personnes qui trouvaient que l’amende n’était pas assez haute, bien, elles vont en avoir une plus salée. Peut-être que ça va les convaincre de bouger leur roulotte », de conclure M. Corriveau.

Galerie photo

Partager cet article