Partisans du Drakkar, le conseil d’administration de l’équipe veut vous entendre!

Par Steeve Paradis 9:00 AM - 29 septembre 2021
Temps de lecture :

Julie Dubé et les membres du c.a. du Drakkar entendent prendre le pouls du partisan moyen en allant à sa rencontre lors des matchs.

Sur la glace, le Drakkar en est à l’an 2 d’un plan de reconstruction, et le conseil d’administration de Hockey junior Baie-Comeau, l’organisme qui gère l’équipe, en est au même point. Cette année, les membres du c.a. se feront très présents au centre Henry-Leonard.

« On est à l’an 2 du c.a, mais c’est la première avec des partisans. On veut être présents et entendre ce que les gens ont à dire. On va se préparer un horaire et il y aura toujours quelques membres du c.a. pour recevoir les gens et discuter avec eux lors des matchs », a indiqué la présidente du conseil d’administration, Julie Dubé.

« On mise beaucoup sur l’expérience partisan, on sait à quel point c’est important, le service à la clientèle, enchaîne-t-elle. On veut que nos partisans soient contents mais pour ça, on doit savoir ce qu’ils veulent. »

Côté financier, Mme Dubé assure que le club n’a pas été déficitaire l’an dernier, malgré la pandémie. Le million de dollars en provenance du gouvernement du Québec, versé à chacun des clubs québécois de la LHJMQ, a évidemment pesé lourd dans la balance. Cette année, l’équipe doit notamment vivre avec un maximum de 1 300 spectateurs pour générer des revenus.

« On va continuer notre gestion serrée des finances. On ne dit pas oui à toutes les demandes », fait valoir la présidente. « On n’a pas augmenté le prix des billets et on le sait qu’on va avoir moins de spectateurs. On a toutefois renouvelé notre protocole d’entente avec la Ville et les sommes ont été majorées, pour faire suite au rapport de l’ENAP. »

Ce montant annuel déboursé par la Ville s’établit désormais à 420 000 $ plus taxes sur les trois prochaines années, soit environ 100 000 $ de plus que l’entente précédente.

Le conseil d’administration planche également sur une planification stratégique sur trois ans, dans laquelle s’implique plusieurs personnes de l’extérieur de l’organisation. « Sur les trois prochaines années, sur quoi devrait-on se concentrer? C’est la question qu’on s’est posée. De ça sont sortis les pistes de notre planification, cinq thèmes, plusieurs actions, avec des indicateurs et des cibles qu’on va suivre sur trois ans, révisés à chaque année. Il n’y avait jamais eu de planification stratégique », soutient-elle.

Comme bilan de sa première année dans l’organisation, Julie Dubé voit dans le rétroviseur beaucoup de défis inattendus, des surprises et bien des changements.

« Oui, on a eu beaucoup de changement au niveau administratif, mais on a trouvé les bonnes personnes aux bonnes places et on regarde vers l’avant. Avec Francine Gobeil, on a quelqu’un qui s’y connaît, qui connaît la ligue et qui nous apporte de la crédibilité », conclut-elle.

Partager cet article