Baie-Comeau : le projet MAVIE dévoile ses mosaïques

Par Josianne Bérubé 10:07 AM - 07 décembre 2021
Temps de lecture :

Kassandra Blais a été attirée par l’élément communautaire du projet de mosaïque de MAVIE.

Le projet MAVIE, qui vise l’intégration à tous les niveaux des personnes handicapées, a récemment dévoilé les mosaïques du projet Les portraits de MAVIE, de ma communauté, ainsi que leur futur emplacement. L’événement s’est déroulé à la bibliothèque Alice-Lane lors de la Journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre.

Le projet comprend sept mosaïques de photos en forme d’oiseau qui seront installées sur des panneaux d’aluminium de quatre pieds par huit pieds au parc des Pionniers dans le sentier qui passe devant le terrain de tennis et l’aire de jeux des enfants. Près de chacune d’elle, il y aura un panneau d’interprétation qui parlera, entre autres, du photographe qui a fait la mosaïque et de ses motivations.

Les œuvres sont formées de 80 à 120 portraits. Environ 600 citoyens ont participé à cette grande mosaïque. Le but de ce projet est simple, a indiqué Stéphanie Jourdain, directrice générale de l’Association des handicapés adultes de la Côte-Nord (AHACN).

« On se disait, les gens de la communauté nous supportent aussi financièrement dans toutes les activités de financement qu’on fait. Ça, c’était une manière aussi pour nous de les remercier et de dire, nos personnes handicapées font partie de la communauté, sont intégrées. Et la communauté participait donc on démontre en même temps l’intégration sociale des personnes handicapées dans la communauté de Baie-Comeau », a-t-elle souligné

Mentionnons que la forme d’oiseau des mosaïques est un rappel du logo du projet MAVIE, qui est un volet de l’AHACN.

Le moment de l’installation des œuvres n’est pas encore déterminé, mais ça devrait se faire en 2022. « On aimerait ça que ce soit pendant la Semaine québécoise des personnes handicapées, entre le 1er et le 7 juin. Mais ça, il va falloir qu’on fasse les démarches avec la Ville », souligne Mme Jourdain.

Les sept photographes professionnels et amateurs qui ont participé sont Kassandra Blais, Geneviève Rioux Savard, Jessica Roy, Marlène Bisson, Janie Côté, Rudy Landry et Francine Lauzé.

« Moi, c’est vraiment l’élément communautaire qui est venu me chercher. J’aime ça faire participer tout le monde, le naturel de tout ça. Je trouvais ça très important aussi l’aspect de partager mes savoirs, mon côté artistique, mes manières de fonctionner avec les participants de MAVIE, parce que c’est des choses qu’on ne pense peut-être pas, mais ça fait tellement développer les personnes », raconte Kassandra Blais au sujet des raisons qui l’ont poussé à prendre part au projet.

« La photo pour moi, c’est tellement une belle manière de discuter ensemble, d’évoluer et d’avoir du fun. C’est vraiment ce côté-là qui est venu me chercher », poursuit-elle. La cause est une autre des raisons de son implication.

« C’est sûr que la photographie, c’est super important dans ma vie. (…) Vu que je suis éducatrice spécialisée en plus, c’est sûr qu’embarquer dans un projet avec des personnes handicapées, je trouve ça incroyable », affirme Geneviève Rioux Savard à propos de ce qui l’a motivé à participer au projet. Le fait que les gens puissent voir son travail en marchant au parc des Pionniers est un autre élément de son implication.

Pour ce qui est de Jessica Roy, la principale raison qui l’a amenée à prendre part au projet est son amour pour la photographie.

Rappelons que les photos ont été prises en juin 2021 et que les photographes ont également donné un atelier de photographie aux participants de MAVIE. À l’origine, le projet avait une autre forme, soit des portraits peints ainsi que des ateliers de peinture, et devait se tenir en 2020.

Le projet dont le coût est de près de 15 000 $ est soutenu par le ministère de la Culture et des Communications.

Le projet MAVIE (Mouvement pour l’Accomplissement, la Valorisation, l’Intégration sociale et l’Émancipation des personnes handicapées) a été créée en 2014 et vise les personnes handicapées âgées de 21 à 35 ans.

Partager cet article