Une nouvelle proprio pour le restaurant de Godbout

Par Charlotte Paquet 6:00 AM - 07 Décembre 2021
Temps de lecture :

Depuis le 1er novembre, Élisa Laganière est la nouvelle propriétaire du restaurant de Godbout, qui porte dorénavant le nom Marché du Capitaine. Photo courtoisie

Le restaurant de Godbout change de nom pour devenir le Marché du Capitaine avec l’entrée en scène de sa nouvelle propriétaire, Élisa Laganière, au début de novembre.

La dynamique entrepreneure n’est pas à court d’idées pour propulser son entreprise vers la réussite. « Ça va marcher, c’est sûr », indique-t-elle, remplie d’optimisme.

Avec le beau manteau blanc qui recouvre la Manicouagan, la clientèle des motoneigistes est évidemment dans la mire de Mme Laganière. « Cet hiver, on va se faire un relais de ski-doo. »

Elle pense aussi à des activités thématiques, comme des soupers de fondue ou encore des soirées ailes de poulet lors de matchs de hockey que sa clientèle pourra écouter à la télévision.

Les places disponibles pour l’événement entourant le déjeuner des enfants de Godbout avec le père Noël, prévu le 19 décembre, se sont envolées rapidement.

Le Marché du Capitaine peut accueillir sur place une trentaine de clients, en incluant son coin-bar. Cependant, une gamme de mets à emporter sur commande est également disponible, notamment une belle variété de pizzas et de lasagnes.

Pour le moment, l’entreprise ouvre ses portes pour les déjeuners et les dîners, avec un choix de menus du jour. Elle souhaite ajouter les soupers très bientôt.

Élisa Laganière a considérablement élargi les heures d’ouverture du restaurant, qui demeure cependant fermé les lundis et mardis pour le moment. Selon elle, sous l’ancienne administration, il ouvrait ses portes principalement pendant les heures d’arrivée et de départ du traversier.

Des chiffres à la bouffe

Élisa Laganière a plus d’une corde à son arc. Détentrice d’un diplôme d’études collégiales en hôtellerie, elle possède aussi un baccalauréat en administration.

La dame a d’ailleurs occupé le poste de comptable à la municipalité de Pointe-Lebel avant de faire le saut en restauration. Elle raconte avoir démissionné lorsqu’on lui a refusé le télétravail.

Il faut dire qu’avec la pandémie, Mme Laganière et son conjoint ont pris la décision de « tout lâcher ce qu’on avait à Baie-Comeau et Pointe-Lebel » pour s’installer de façon permanente dans leur chalet à Godbout. « Depuis 2020, on a décidé de vivre dans le bois », dit-elle.

Elle a fait des allers-retours quotidiens entre Godbout et Pointe-Lebel pendant un certain temps, avec une heure de route dans chaque direction, avant de tout lâcher pour se lancer en affaires.

Partager cet article