Quatre marraines d’allaitement en action à Pessamit

Par Charlotte Paquet 1:14 PM - 03 janvier 2022
Temps de lecture :

Anne-Claude Crépeau-Vollant est l’une des quatre marraines d’allaitement innues recrutées par le service Aimons-Lait à Pessamit. Photo courtoisie

Le service Aimons-Lait étend dorénavant ses ramifications à Pessamit, où l’allaitement ferait très peu partie des mœurs. Cela pourrait changer grâce à l’arrivée de quatre marraines d’allaitement.

C’est du moins ce qu’espère la Maison des familles de Baie-Comeau et sa directrice générale, Stéphanie Saint-Gelais. « Ça fait quelques années qu’on essayait d’avoir des marraines d’allaitement innues. On sait que l’allaitement n’est pas facile à Pessamit », souligne cette dernière.

Depuis la fin octobre, quatre marraines sont formées pour accompagner les mamans allaitantes, mais aussi faire la promotion et démystifier l’allaitement auprès des autres. « On en espérait une, on en a quatre », se réjouit Mme Saint-Gelais, rappelant à ce chapitre le travail réalisé par l’intervenante communautaire en périnatalité en poste depuis un an, Isabelle Gauthier.

Les marraines d’allaitement innues sont jumelées à une maman allaitante. Globalement, 49 mamans allaitantes sont associées à une marraine du service Aimons-Lait.

La Maison des familles n’a pas d’objectif quantitatif en soi, mais souhaite augmenter le nombre de mères allaitantes à Pessamit.

Dernier de classe

La Côte-Nord fait très piètre figure dans le domaine de l’allaitement, même si la situation est pire encore dans la communauté innue, selon Stéphanie Saint-Gelais. « Ce que j’ai entendu, c’est que l’allaitement était mal vu », explique celle qui espère changer les choses par l’accompagnement des mamans.

Pour en revenir à la situation sur la Côte-Nord, soulignons que selon des données de 2018-2019 provenant de la Régie de l’assurance maladie du Québec, le taux d’allaitement était à peine de 64 %, selon des données colligées lors de la première visite postnatale d’une infirmière du CLSC. Au Québec, le taux se situe à 82 %.

Parmi les bénéfices reconnus de l’allaitement, Stéphanie Saint-Gelais parle de l’adaptation du lait maternel aux besoins de l’enfant et du lien d’attachement, de proximité et de connectivité qui se crée entre la maman et son nourrisson.

Partager cet article