Venir en aide aux Ukrainiens grâce à la soupe d’Oksana

Par Marie-Eve Poulin 4:42 PM - 02 mars 2022
Temps de lecture :

Oksana Koroliova cuisnière ukrainienne qui prépare la soupe bortsch pour venir en aide aux citoyens de son pays natal.

Les combats qui font rage en Ukraine ont des échos jusqu’à Sept-Îles où habite Oksana Koroliova. L’Ukrainienne, qui vit sur la Côte-Nord depuis environ six ans et demi, est bouleversée par la situation qui prévaut dans son pays natal et souhaite venir en aide à son peuple qui vit présentement les horreurs de la guerre.

Envahie par « un fort sentiment d’impuissance », Oksana Koroliova confie vivre énormément de stress et d’angoisse. « Je me sentais tout mal à l’intérieur et je n’avais aucune position confortable ».  Pour tenter de se calmer et aider, à sa façon, famille, amis et citoyens de l’Ukraine, elle a choisi de passer à l’action.

Cuisinière au Edgard café bar depuis 5 ans, elle a confié sa volonté à sa patronne Claudine Lejeune. Sans aucune hésitation, cette dernière accepte le projet. Depuis le 1er mars, Oksana cuisine donc « avec amour » de la soupe bortsch et du pain pampushka, deux recettes traditionnelles ukrainiennes. Le montant total des ventes liées à ces deux produits sera versé à la Croix-Rouge canadienne pour venir en aide aux personnes touchées par la guerre en Ukraine.  

Derrière un comptoir rempli de pots de soupe, Oksana explique avec émotion la situation actuelle. Sa famille est présentement en sécurité dans une maison de campagne. Leur appartement de ville est situé à environ 70 km des zones de bombardements. Les habitants des régions touchées, ont reçu des consignes gouvernementales pour apprendre à se protéger et comment venir en aide aux gens qu’ils pourraient retrouver blessés ou en détresse. « Les citoyens doivent avoir en tout temps un sac contenant à dos contenant une lampe de poche et une petite pharmacie », relate-t-elle.  

Les routes étant détruites par les bombes, l’approvisionnement se fait difficilement. Les commerces sont presque vides. « Hier, mon frère m’a raconté devoir manger des aliments périmés », déplore-t-elle, inquiète. Le peu de denrées provient des pays avoisinants qui leur viennent en aide.

Pour cette raison, les dons sont les bienvenues et pourront faire la différence dans le quotidien de ces familles, selon Oksana qui tient à faire sa part. Le total amassé grâce à son initiative s’élevait mardi à environ 400 $ et en ce mercredi 2 mars, avant-même l’ouverture des portes, un autre montant de 500 $ s’ajoutait.

 « Je veux dire merci, merci énormément d’aider l’Ukraine », conclut Oksana, les deux mains posées sur son cœur et visiblement émue par la générosité de sa communauté d’accueil.

Les produits concoctés par Oksana Koroliova sont disponibles en soirée au Edgar Café Bar. On peut aussi les commander en ligne pour emporter au edgarcafebar.com et vous pouvez ajouter un message d’espoir et d’encouragement pour Oksana lors de la commande. Il est également possible de faire un don en argent via le site web.

De gauche à droite: Oksana Koroliova et Claudine Lejeune.

Partager cet article