COVID, deux ans plus tard : Des pirouettes pour l’Académie de danse (2 de 3)

Par Colombe Jourdain 11:30 AM - 09 mars 2022
Temps de lecture :

Nathalie Savard, directrice générale de l’Académie de danse de Baie-Comeau, a dû composer avec les aléas de la pandémie pour continuer à offrir des cours de danse aux jeunes.

Difficile d’apprendre à danser en temps de pandémie. La directrice générale de l’Académie de danse de Baie-Comeau, Nathalie Savard, a dû faire des pirouettes pour continuer à offrir ses cours.

Au début de la pandémie, comme l’Académie n’était pas encore équipée pour des cours à distance, c’est sous forme de capsules vidéo filmées à l’avance que les jeunes ont poursuivi leur apprentissage en danse. Ces capsules ne remplaçaient toutefois pas les cours perdus.

« Par contre, on a dû annuler le spectacle de fin d’année même si on était prêts et les jeunes étaient tristes et déçus », souligne Mme Savard.

Par la suite, avec l’aide de la Ville de Baie-Comeau, l’Académie fut en mesure de s’équiper pour pouvoir poursuivre les cours par visioconférence. L’avantage pour la directrice était de pouvoir avoir des professeurs de l’extérieur pour combler différents cours, mais aussi pour diversifier ses ateliers.

Durant la deuxième année de pandémie, les six dernières semaines de cours du printemps 2021 ont été reportées au début de la saison suivante pour pouvoir être en présentiel. Encore cette fois, le spectacle de fin d’année n’a pu être présenté. « On a fait une captation vidéo qu’on a envoyée à chacun des groupes et aux parents », souligne la directrice de l’institution.

Les 12-14 ans

En octobre dernier s’amorçait enfin la nouvelle saison, avec l’espoir d’être en présentiel, mais les cours ont dû se poursuivre par zoom. « Les cours en zoom, ç’a été positif pour certains élèves, mais pour d’autres, la pandémie en tant que telle a découragé bien des jeunes. Surtout dans mes 12-14 ans, ils ne sont plus au rendez-vous », soutient la directrice avec une pointe d’inquiétude dans la voix. « On a perdu beaucoup de nos jeunes qui sont démotivés. Ils n’ont plus le goût de rien. Je trouve ça triste, ça nous affecte », ajoute Mme Savard.

Par contre, les tout-petits sont là et les cours débutants affichent complet pour la relève. Enfin, depuis les dernières semaines, les cours en présentiel ont pu reprendre et le spectacle de fin d’année devrait se tenir en mai. Le spectacle sera toutefois différent puisque les chorégraphies ont dû être adaptées à la distanciation exigée.

Malgré les cours en visioconférence, la directrice remarque que les jeunes danseurs ont perdu beaucoup d’acquis durant la pandémie, côté technique. « C’est toujours plus facile d’apporter des correctifs dans la posture quand on est avec le jeune », explique Mme Savard.

Présentement, la directrice de l’Académie de danse de Baie-Comeau planifie son automne comme si tout est normal, en cherchant toujours à ajouter des nouveautés à son programme. Elle offrira des ateliers multidisciplinaires aux jeunes de 5-6 ans pour qu’ils puissent explorer les différentes disciplines enseignées à l’Académie et ensuite, choisir leur discipline selon leurs préférences.

Nathalie Savard développe également une formation pour des adultes avec handicap visuel qui seront jumelés, sur une base volontaire, avec un jeune de l’école. Ce projet démarrera grâce à la subvention reçue du ministère de la Culture et des Communications.

Partager cet article