Mason Graphite : le projet du lac Guéret « renaît de ses cendres »

Par Charlotte Paquet 3:55 PM - 17 mai 2022
Temps de lecture :

La coentreprise extrairait beaucoup plus de minerai par année que ce qui était dans les plans de Mason Graphite. Photo courtoisie

Sur pause depuis le printemps 2020, le projet minier du lac Guéret pourrait bien renaître à la faveur d’un partenariat qui lie Mason Graphite à Nouveau Monde Graphite (NMG) dans une coentreprise à créer, une nouvelle qui ravive l’espoir dans la Manicouagan.

« C’est comme si Mason, c’ était pour nous un projet qui était mort en réalité, qui était vraiment désorganisé et complètement à l’arrêt de mort et qui renaît de ses cendres aujourd’hui pour travailler un nouveau projet avec un nouveau promoteur, qui est Nouveau Monde Graphite », a déclaré le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny

Une convention d’option et de coentreprise a été conclue entre les deux parties en vue du développement et de l’exploitation de la propriété de Mason Graphite, située à 285 km au nord de Baie-Comeau. Il est entendu que NMG, qui exploite un gisement à Saint-Michel-des-Saints et a un projet de concentrateur à Bécancour, détiendrait une participation de 51 % et Mason Graphite de 49 %, indique un communiqué.

NMG s’engage à investir 5 M$ dans Mason Graphite. L’étude de faisabilité réalisée par cette dernière et fondée sur une production de 51 900 tonnes par an devrait être actualisée en fonction d’une production minimale de 250 000 tonnes de concentré de graphite annuellement.

Le mariage projeté devra obtenir l’autorisation de la Bourse de croissance TSX et des actionnaires de Mason Graphite, qui se réuniront en assemblée extraordinaire en juillet.

Au cours des 12 derniers mois, Mason Graphite a tenté d’identifier une ou des options stratégiques pour rehausser la valeur pour ses actionnaires, mais en est venue à la conclusion que sa participation à une coentreprise répondait le mieux à ses intérêts.

Le maire réagit

« C’est une très très bonne nouvelle. (…) L’annonce d’aujourd’hui (lundi), c’est la conclusion de ce qu’on souhaitait », a lancé le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, emballé par ce partenariat avec Nouveau Monde Graphite, qu’il considère comme le leader au Québec dans le monde du graphite.

Même si tout laisse croire que le concentrateur pourrait être construit directement sur la propriété minière plutôt que sur le terrain du parc Jean-Noël-Tessier acquis par Mason Graphite au coût de 600 000 $, M. Montigny est d’avis que Baie-Comeau pourrait tout de même tirer son épingle du jeu.

Ce terrain ferait partie des plans de la future coentreprise qui vise une extraction beaucoup plus importante de minerai au gisement du lac Guéret. « C’est très bénéfique pour Baie-Comeau parce que ça nous permet de faire autre chose sur le terrain actuel », a souligné l’élu.

Entièrement payé, ce terrain était assujetti à un droit de rétrocession à la Société d’expansion de Baie-Comeau si un concentrateur n’était pas construit dans un délai qui a expiré la semaine dernière. Une mise en demeure a d’ailleurs été envoyée à Mason Graphite pour lui rappeler l’importante clause. D’autres promoteurs seraient intéressés par le terrain.

À titre de président de la Société d’expansion, le maire doit discuter avec les deux minières en compagnie de la corporation Innovation et Développement Manicouagan sur la suite des choses pour ce terrain. « On espère un projet créateur d’emplois, on espère un projet générateur de richesse. (…) Il faut que ce soit un porteur, meilleur que le concentrateur pour moi. On va négocier ça ».

Partager cet article