Les paramédics membres de la FPHQ sur la Côte-Nord en grève illimitée

Par Johannie Gaudreault 9:43 AM - 05 juillet 2022
Temps de lecture :

Les techniciens ambulanciers paramédics membres de la FPHQ sont en grève illimitée depuis le 1er juillet. Photo : FPHQ

Depuis le 1er juillet, les paramédics membres de la Fédération des employés du préhospitalier du Québec (FPHQ), dont ceux des fraternité Haute-Côte-Nord (Baie-Comeau, Forestville, Les Escoumins), Sacré-Coeur et Baie-Trinité, sont en grève générale illimitée.

Par voie de communiqué, l’organisation affirme que « les membres de la FPHQ veulent recevoir les mêmes conditions salariales que le réseau de la santé étant donné leur apport grandissant ».

Notamment en ce qui concerne le régime de retraite, « les membres doivent pouvoir se retirer à 58 ans ou après 35 années de services sans pénalités ».

De plus, considérant que les salariés ont été grandement sollicités par le ministère de la Santé et des Services Sociaux lors de la pandémie et que ce dernier veut les voir contribuer à son réseau de la santé de façon permanente, « il est grand temps que les paramédics soient reconnus à leur juste valeur par le gouvernement », estime la FPHQ.

Cette reconnaissance demande une majoration de l’échelle salariale équivalente aux autres professions d’urgence comme les policiers, pompiers et infirmières ainsi que des primes identiques au réseau de la santé.

« Nous irons jusqu’au bout de nos demandes un point c’est tout! Nous tiendrons la grève le temps qu’il faudra et sommes prêts à augmenter la pression. La reconnaissance de notre profession, c’est maintenant », clame Daniel Chouinard, président de la FPHQ.

La Fédération des employés du préhospitalier du Québec réunit près de 2 500 travailleurs du domaine du préhospitalier, répartis sur l’ensemble du territoire québécois par le biais de 47 fraternités. Ses membres sont des paramédics, des répartiteurs médicaux d’urgence et du personnel de soutien et de bureau.

Au total, la grève touche 40 accréditations de paramédics dispersées un peu partout au Québec.

Notons qu’il s’agit d’une grève administrative et non d’un arrêt de travail puisque les paramédics sont des travailleurs essentiels. Les moyens de pression utilisés ne compromettront pas la vie de la population.

Partager cet article