Vente de Résolu : la compagnie pourrait « avoir à réévaluer » la fermeture de l’usine de Baie-Comeau

Par Steeve Paradis 12:11 PM - 06 juillet 2022
Temps de lecture :

Selon toute vraisemblance, Produits forestiers Résolu se penchera sur une éventuelle réouverture de ses usines de Baie-Comeau (photo) et d’Amos, avec la transaction conclue avec le Groupe Papier Excellence

Dans la Manicouagan, l’annonce de l’achat de Produits forestiers Résolu (PFR) par le Groupe Papier Excellence fait surgir une seule et même question : qu’en est-il de l’avenir de l’usine de papier journal de Baie-Comeau? Pour l’instant, cet avenir n’est pas plus sombre qu’il ne l’est présentement et il pourrait peut-être s’éclaircir.

Le directeur principal, Affaires publiques et relations gouvernementales chez Résolu, Louis Bouchard, convient que l’entente annoncée mercredi entre les deux entreprises entraînera vraisemblablement un examen en profondeur de l’ensemble des installations de PFR.

« Avec la nature de cette annonce, on va devoir revoir à travers une nouvelle lunette tous nos actifs, dont nos usines de Baie-Comeau et Amos (fermées depuis 2020). On pourra avoir à réévaluer certains projets », a fait valoir M. Bouchard.

Ce dernier a aussi assuré qu’importe ce qui se passe dans les prochains mois, PFR « continue à étudier les possibilités » d’une éventuelle relance de ces deux usines et reste en contact avec les communautés concernées.

Au terme de cette transaction, qui reste notamment à être entérinée par les actionnaires de Résolu, cette dernière va devenir une entreprise privée, propriété à 100 % de Corporation Domtar, elle-même propriété de Papier Excellence.

Le nom demeure

« La bannière Résolu va demeurer, l’équipe de direction actuelle demeure en poste et on ne parle absolument pas ici d’une réduction de nos opérations et des volumes de travail. C’est une transaction qui se fait sous le signe de la croissance, avec notamment la possibilité de développer des projets stratégiques plus rapidement en devenant une entreprise privée », a enchaîné le porte-parole, qui parle de « changement dans la continuité ».

Selon M. Bouchard, il faudra attendre la première moitié de 2023 avant de connaître la conclusion de cette transaction, évaluée à 3,5 milliards de dollars canadiens. La première étape, primordiale, passera par l’acceptation de la transaction par les actionnaires de Résolu. Il y aura vraisemblablement d’autres étapes, dont un examen de la transaction par le Bureau de la concurrence du Canada.

Partager cet article