Forge Alliance souhaite implanter un pôle industriel vert à Baie-Comeau

Par Colombe Jourdain 6:00 AM - 09 août 2022
Temps de lecture :

Dans son état actuel, le projet de pôle industriel de Forge Alliance compte s’installer dans les installations de la papetière de Produits forestiers Résolu à Baie-Comeau, fermée depuis maintenant 28 mois.

L’entreprise québécoise Forge Alliance a des vues sur le site de l’ancienne usine de Produits forestiers Résolu (PFR) à Baie-Comeau, appartenant maintenant à Domtar, pour le transformer en pôle industriel axé sur la métallurgie, l’électrométallurgie et les énergies vertes.

Les discussions de Forge Alliance pour acquérir ce site sont toutefois ralenties avec l’achat récent par Domtar des actifs de PFR. Le directeur général de Forge Alliance, Keith Ethier, est aussi derrière l’entreprise Orion Constellation Technologies, qui doit s’installer sur l’avenue Babin à Baie-Comeau.

« C’est une relation d’amour avec Baie-Comeau. On a appris à collaborer avec les gens d’ici, les forces locales. C’est la vitalité des gens de la Côte-Nord qui travaillent à pied d’œuvre pour créer des synergies. C’est une belle vivacité qu’on retrouve à peu d’endroits et c’est fort attractif », indique M. Ethier.

Les infrastructures en place, l’accès au port, l’accessibilité des ressources hydroélectriques et le chemin de fer sont des avantages indéniables pour le choix du site de PFR, selon M. Ethier.

« C’est un site à fort potentiel de développement même si cela demeure complexe de le convertir ou le transformer. Ce serait plus simple de bâtir sur un terrain vague, mais on est convaincu qu’il y a quand même des avantages, ne serait-ce que pour l’impulsion que ça génère dans la communauté », explique l’entrepreneur.

M. Ethier donne en exemple sa région natale des Cantons de l’Est, quand les usines textiles ont fermé. « Ç’a démobilisé des communautés entières laissant des actifs industriels intéressants, mais si tu ne t’en occupes pas, ça devient un cancer au beau milieu du village. »

Optimisme tempéré

Le premier choix de Forge Alliance est le site de PFR. Advenant le cas où l’acquisition du site ne fonctionnerait pas, M. Ethier indique que son entreprise pourrait s’installer ailleurs dans la région, mais il pourrait également s’établir ailleurs au Québec, au Canada ou même à l’étranger.

« Je souhaite que ça se fasse sur le site de la papetière, c’est mon choix en tant que Québécois. On a fédéré notre équipe autour de Baie-Comeau et on serait bien fiers de le faire ici », soutient-il, considérant qu’il y a une valeur ajoutée à lancer son projet sur la Côte-Nord.

Avant d’avancer dans le projet, il indique avoir pris le temps de sonder ses clients, ses partenaires, ses fournisseurs pour voir si l’intérêt est bien là. « Tout le monde est emballé par le projet, mais il va falloir faire preuve d’une grande agilité et d’une grande rapidité, pour être plus vite que les autres parce qu’on n’est pas les seuls à réfléchir à ce genre de projet », explique-t-il.

Il demeure relativement confiant que le projet aboutira un jour. Par contre, il ne peut confirmer si ce sera bien à Baie-Comeau. Comme les coûts sont parfois moindres ailleurs, cela pourrait être plus intéressant pour eux de s’implanter dans une autre région.

« On a déjà des lettres d’intérêt de grosses entreprises. C’est un projet très coûteux, mais soutenable à long terme. On demeure prudent, on veut faire les choses correctement », souligne M. Ethier, ajoutant que Forge Alliance est sur le point de lancer les études de faisabilité, étape cruciale avant le lancement officiel du projet.
Pour ce qui est de l’échéancier, M. Ethier réitère vouloir amorcer le projet le plus rapidement possible, sans toutefois tourner les coins ronds. « Quand on a un échéancier trop précis, ça engendre de grandes attentes. »

Keith Ethier aimerait implanter un pôle industriel vert à Baie-Comeau, par le biais de sa compagnie Forge Alliance.

Devenir une référence mondiale

« On veut définir la façon dont on doit mener des activités industrielles dans l’avenir. On veut être le premier hub industriel vert au monde. »

Voilà comment Keith Ethier, directeur général de Forge Alliance, entrevoit son projet de pôle industriel dans les installations délaissées par PFR. À l’heure des enjeux climatiques, M. Ethier considère qu’il doit faire sa part dans la réduction de gaz à effet de serre et c’est en accomplissant des actions concrètes, comme investir dans les énergies vertes, que ça peut se faire.

Le fait que la Manicouagan soit une région reconnue par l’UNESCO comme une réserve de la biosphère est un avantage concurrentiel, selon l’entrepreneur, et mentionne d’ailleurs que la région aurait intérêt à miser davantage sur ce fait.

« La compétition est féroce. C’est un gros projet, d’envergure internationale. Il y a des régions, des nations qui sont extrêmement plus agressives en termes d’attraction, de package pour attirer une entreprise qui veut s’y implanter », relate M. Ethier.

« On a un sacré bon projet, cohérent, qui s’arrime aux stratégies, au marché et qui s’inscrit dans une perspective d’avenir forte. C’est un projet ambitieux et ce serait une belle réussite collective d’envergure internationale. Ça prend de l’audace. Think big! », conclut-il en citant la fameuse phrase d’Elvis Gratton.

Partager cet article