Le Scrabble mène Marco Bouchard jusqu’en Europe

Par Charlotte Paquet 2:43 PM - 06 septembre 2022
Temps de lecture :

Marco Bouchard a participé au Championnat du monde de scrabble francophone, qui se tenait en Belgique à la fin juillet. L’ancien Baie-Comois, qui réside à Trois-Rivières depuis 2015, a adoré son expérience.

Du Scrabble, Marco Bouchard en mange. Tellement qu’il a concrétisé un rêve en se mesurant aux meilleurs lors du Championnat du monde de Scrabble francophone, disputé en Belgique du 22 au 30 juillet. Une expérience mémorable pour celui qui a déménagé de Baie-Comeau à Trois-Rivières en 2015.

« Un de mes rêves, c’était d’aller jouer en Europe. C’était la première fois. Ça faisait partie de ma bucket list, comme on dit », laisse tomber celui qui peut maintenant cocher un élément de plus sur sa liste puisqu’il faisait partie des 22 membres de l’équipe élite du Québec.

Marco Bouchard a été grandement impressionné par le calibre de scrabbleurs qu’il a côtoyés. « Ça demeure un loisir amateur, mais c’est vraiment impressionnant comment les meilleurs sont bons. C’est des machines », raconte le joueur qui a pris part à trois des compétitions inscrites à la programmation, dont celle réservée à l’élite.

« C’était l’élite de l’élite », poursuit le Baie-Comois d’origine, en soulignant que plusieurs joueurs passent énormément de temps à étudier pour améliorer leur jeu. Cela n’est pas son cas. Comme il le dit si bien, pour lui, le Scrabble doit demeurer ludique et un loisir. Il a tout de même obtenu un 182e rang sur 241 à la compétition élite.

Le Championnat du monde de Scrabble francophone a réuni des scrabbleurs de plusieurs pays, dont la Finlande, la Suède et l’Afrique.

Ce qu’il retient aussi de l’expérience, c’est l’incroyable rapidité des jeunes scrabbleurs, qui s’exercent grâce aux jeux en ligne. « On voit apparaître une jeune génération au début de la vingtaine. Ils sont tellement vite », fait remarquer l’homme, qui joue aussi en ligne, mais sans avoir leur rapidité.

En route vers 2025

En plus d’aider à la correction de certaines compétitions là-bas, Marco Bouchard a profité de son passage au championnat à Louvain-la-Neuve pour faire du réseautage et aussi observer l’aspect logistique de la préparation d’un tel événement.

Le Trifluvien d’adoption, qui travaille en informatique pour Alcoa à Bécancour après 20 ans passés à l’aluminerie de Baie-Comeau, explique que le club de Scrabble de Trois-Rivières, dont il est directeur depuis un an, envisage de présenter l’édition 2025 du Championnat mondial de Scrabble francophone.

Le Québec accueille l’événement environ une fois tous les cinq ans. Dans le passé, il s’est notamment tenu à Rimouski et à Tremblant.

Il y a aussi des tournois régionaux à disputer au Québec, tout comme, une fois l’an, le championnat provincial de Scrabble. Le prochain se tiendra en mai 2023 à Saguenay.

De l’évasion

Marco Bouchard avait une dizaine d’années lorsqu’il a été initié au Scrabble par sa mère. Il dit avoir toujours aimé les jeux de lettres pour leur aspect ludique. Il s’est impliqué pendant plusieurs années à la direction du club de Baie-Comeau.

Le Scrabble détend l’homme. « Dans le jour, je fais un travail très cérébral. Quand j’arrive devant une grille de scrabble, c’est comme mon yoga ou comme quand on part en vélo. Mon cerveau s’amuse devant une grille de scrabble. C’est l’évasion et le plaisir de rencontrer des gens qui ont la même passion des mots », explique-t-il.

La qualité du vocabulaire est importante, tout comme la mémoire pour se rappeler les mots avec des lettres chères. S’il y a une lettre dont Marco Bouchard se passerait bien, c’est le g. « Il y a beaucoup d’anglicismes et beaucoup de mots moins courants avec le g », conclut-il.

L’homme joue au Scrabble duplicate, une formule qui, contrairement au scrabble classique, procure les mêmes lettres à tous les joueurs de façon à enlever l’aspect du hasard.

Partager cet article