Livre posthume : la prose de Serge Bouchard continue d’inspirer  

Par Johannie Gaudreault 12:30 PM - 08 septembre 2022
Temps de lecture :

Les Éditions du Boréal publieront un recueil de textes de Serge Bouchard à titre posthume. Photo : Pedro Ruiz Le Devoir

La prose de l’anthropologue Serge Bouchard continue de résonner même après son décès il y a un peu plus d’un an. Un livre posthume rassemblant une soixantaine de textes brefs lus à l’émission radiophonique hebdomadaire C’est fou…, diffusée à ICI Première, sera publié le 15 novembre.

Intitulé La Prière de l’épinette noire, le recueil de textes fait suite à L’Allume-cigarette de la Chrysler noire (2019) et à Un café avec Marie (2021), aussi publiés dans la collection « Papiers collés » des Éditions du Boréal.

« Il s’agit d’un projet auquel Serge Bouchard et François Ricard, directeur de la collection Papiers collés, travaillaient tous les deux avant leur décès », dévoile Jean Bernier, directeur de l’édition du Boréal.

Même si le projet est né avant le départ du passionné de l’histoire de la Côte-Nord, la maison d’édition « jugeait essentiel de rendre ces textes magnifiques disponibles pour ses lecteurs », selon M. Bernier.

Les admirateurs des écrits de M. Bouchard seront à nouveau conquis puisqu’on y retrouve la même sensibilité poétique et la même sagesse moqueuse, autour de thèmes qui l’ont toujours inspiré : la nature, la solidarité humaine, l’amitié avec les Autochtones, les bizarreries du monde actuel, la beauté, la mélancolie.

Le livre posthume sera disponible dans toutes les librairies dès le 15 novembre au coût de 25,95 $. Comme le confirme le directeur de l’édition, il n’y aura pas de lancement officiel.

Rappelons que Serge Bouchard s’est éteint le 11 mai 2021 à l’âge de 73 ans à la suite d’un arrêt cardiaque.

L’épinette noire, gloire de la préhistoire, est une antenne qui nous relie à l’éternité. Elle nous insuffle une sagesse morose, une mélancolie du long cours. C’est l’arbre sur lequel je m’appuie, là où je repose mon esprit, mon dos brisé, mes jambes mortes. L’arbre sous lequel je bois ma tasse de thé, résolu, fatigué, heureux devant le petit feu qui sent si bon.

Extrait du livre posthume de Serge Bouchard

Partager cet article