Une yourte et un tipi quatre saisons apparaissent à Godbout

Par Charlotte Paquet 6:00 AM - 03 octobre 2022
Temps de lecture :

Sylvie Savard, propriétaire de Thépi bec sucré, pose devant la nouvelle yourte en compagnie de Guy Bouchard, de Tourisme Côte-Nord. Photos courtoisie

La municipalité de Godbout a une offre d’hébergement plutôt limitée, mais une petite entreprise de la place a décidé d’y remédier à sa façon par l’acquisition d’une yourte et la transformation d’un tipi.

Sans tambour ni trompette, Thépi bec sucré pourra bientôt loger une vingtaine de personnes à l’année. Après avoir changé à quelques reprises la vocation de son entreprise depuis son ouverture en 2010, Sylvie Savard, sa propriétaire, bonifie ses propositions d’hébergement tout en poursuivant les activités de sa sandwicherie spécialisée en poissons et fruits de mer.

Située face au quai de la Société des traversiers du Québec, Thépi bec sucré permet désormais aux visiteurs de dormir dans une yourte qui peut accueillir jusqu’à sept personnes, des membres d’une même famille ou des amis. D’ailleurs, à compter du 1er décembre, Mme Savard offrira des forfaits de fondue de différents types.

On aperçoit Sylvie Savard et Guy Bouchard à l’intérieur de la yourte.

L’achat et l’installation de cette yourte représentent un investissement de 80 000 $. L’entrepreneure a bénéficié d’une aide financière de 30 000 $ de Tourisme Côte-Nord et d’une autre de 10 000 $ d’Innovation et Développement Manicouagan et d’un appui de la municipalité de Godbout.

Un tipi pour l’hiver

Chez Thépi bec sucré, le tipi qui dans lequel peuvent dormir jusqu’à une douzaine de personnes depuis quelques années déjà subit actuellement des travaux d’isolation afin de pouvoir accueillir une clientèle pendant la saison froide.

Des travaux d’isolation sont en cours afin de louer le tipi en hiver.

À ces deux types d’hébergement insolites, il faut ajouter un gîte opéré par Mme Savard depuis 2014. « J’avais ma boutique et quand je la fermais à 9 h le soir, tout le monde venait me voir pour me demander où on peut coucher », explique celle qui a loue deux chambres avec vue sur la mer.

Partager cet article