Pas de Nez rouge à Baie-Comeau en 2022

Par Charlotte Paquet 12:00 PM - 02 novembre 2022
Temps de lecture :

Le recrutement difficile de bénévoles explique l’absence du service de raccompagnement d’Opération Nez rouge à Baie-Comeau en 2022 tout comme en 2021.

Pour une troisième année d’affilée, les citoyens de Baie-Comeau ne pourront compter sur le service de raccompagnement de l’Opération Nez rouge pour rentrer à la maison en sécurité après leurs soirées festives.

C’est ce que vient de confirmer l’organisation provinciale en dévoilant la liste de la cinquantaine de municipalités qui embarqueront dans l’aventure en 2022, dont Sept-Îles et Forestville.

« Au Québec, une cinquantaine d’organismes reprennent la route. Normalement, on en a une soixantaine », a indiqué Marilyne Vigneault, responsable des communications au sein de l’organisation provinciale.

Selon cette dernière, l’année en cours demeure tout de même plutôt atypique puisqu’il n’y a pas eu de campagne de recrutement, contrairement à la coutume. « Si des organismes sont intéressés, ils peuvent communiquer avec nous pour regarder tranquillement pour 2023 », a-t-elle souligné, rappelant que les organismes doivent œuvrer auprès de la jeunesse ou du sport amateur.

Mme Vigneault se désole de l’absence de Baie-Comeau à la liste des villes participantes. « Nous, quand une région se retire, on est évidemment bien triste, mais on comprend les enjeux que les organismes peuvent vivre. »

Manque de bras

Après une année de relâche en raison de la pandémie, Centraide Haute-Côte-Nord Manicouagan avait annoncé, en octobre 2021, reprendre le flambeau de l’Unité régionale loisir et sport Côte-Nord comme responsable de l’Opération Nez rouge dans la Manicouagan. Cependant, quelques semaines plus tard, il déclarait forfait devant l’impossibilité de réunir les bénévoles nécessaires pour offrir un bon service.

Au printemps 2022, des membres du conseil d’administration de Centraide ont eu des discussions entre eux et avec Opération Nez Rouge. « Force est de constater qu’on n’arrivait pas à recruter suffisamment de bénévoles », a soupiré Josée Mailloux, directrice générale de l’organisme.

Dans un monde idéal, il aurait fallu une dizaine d’équipes de trois bénévoles par soir. Avec sept ou huit équipes, le service de raccompagnement aurait tout de même pu être offert. « Mais on arrivait à quatre, cinq équipes par soir. (…) Avec la pandémie, le visage des bénévoles a tellement changé », a laissé tomber Mme Mailloux.

Pour Centraide Haute-Côte-Nord Manicouagan, la responsabilité d’organiser l’Opération Nez Rouge n’est plus sur le radar, du moins à court et moyen terme.

Partager cet article