Desjardins s’attend à une « récession modérée »

Par Dave Kidd 10:09 AM - 09 Décembre 2022
Temps de lecture :

Desjardins s’attend à ce que le Québec traverse une « récession modérée » en 2023.

L’économiste Benoit Durocher de chez Desjardins estime « qu’on s’en va vers ça. Il souligne aussi que les récessions « n’ont pas les mêmes causes et conséquences ».

Juste entendre le mot récession fait craindre le pire. « On n’annonce pas une catastrophe.  Il faut relativiser, mais je sais que pour certains la situation sera plus difficile que pour d’autres. C’est un passage obligé vers une normalisation de la situation. On a observé un déséquilibre important depuis la COVID-19 », poursuit-il.

L’économiste précise aussi que pour une première on traversera une récession avec un creux de chômage qui atteint un creux historique.

L’inflation, bien qu’encore élevée, commence à montrer des signes de fléchissements. L’habitation et les dépenses de consommation sont deux secteurs qui ont été freinés par la hausse des taux d’intérêt.

« Il y a de bonnes chances que le taux directeur de la Banque du Canada, haussé à 4,25% dans les derniers jours, ne bouge plus. Pour une première fois, la BDC n’a pas émis d’avertissement au moment où elle annonçait la hausse de 0.25%. Ça ouvre la porte à la fin des hausses », croit l’économiste de Desjardins.

Le taux directeur de la Banque du Canada est passé de 0.25 à 4,25% entre le début et la fin de l’année.

Benoit Durocher a également nuancé les impacts de la hausse des taux d’intérêt sur les hypothèques. « Ce ne sont pas tous les emprunteurs qui ont choisi les taux variables. Ils sont négociés au renouvellement. Certains seront plus affectés. Oui. Mais, des mesures avaient été prises par les gouvernements, il y a quelques années, pour la qualification des emprunteurs », rappelle-t-il.

Partager cet article