À la découverte du Armand-Imbeau II

À la découverte du Armand-Imbeau II

Sur les huit allées, quatre sont plus larges pour les camions lourds tandis qu’une mezzanine est disponible pour les véhicules compacts lors des périodes plus achalandées. Photos Journal Haute-Côte-Nord

Tadoussac – Les médias régionaux ont visité la semaine dernière le nouveau navire de la Société des traversiers du Québec (STQ), le Armand-Imbeau II, en compagnie du président-directeur général par intérim François Bertrand et de la direction de la traverse Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine.

« Nous en sommes très fiers » , a lancé aux médias M. Bertrand avant de faire la nomenclature des caractéristiques du NM Armand-Imbeau II. Construit selon les standards les plus élevés dans le domaine, le nouveau bâtiment offre notamment des voies plus larges pour les camions, une vue panoramique et une mezzanine offrant un espace additionnel en période de grand achalandage pour stationner les véhicules plus compacts.

Les propulseurs azimutaux de ce nouveau traversier, qui lui permettent de pivoter sur 360 degrés, offrent une manœuvrabilité exceptionnelle selon Rémi Deschênes, le capitaine senior de la traverse Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine. « C’est assez impressionnant, en 50 secondes, il est possible de faire tourner le navire sur lui-même », a-t-il affirmé.

Préoccupations environnementales

L’aspect environnemental fait également fait partie des critères privilégiés par la STQ, « puisque le moteur sert essentiellement de génératrice, le bruit est considérablement réduit, ce qui est un avantage pour les clients, les employés et le milieu marin », précise le directeur de la traverse, Christian Guay.

Alimenté au bicarburant, diesel marin et gaz naturel liquéfié (GNL), le NM Armand-Imbeau II est deux fois plus puissant que le premier du nom. « Le GNL est beaucoup moins polluant et la Société des traversiers du Québec est la première en Amérique du Nord à opérer des navires munis de cette technologie », fait valoir le pdg de la STQ.

Ce dernier avance que ce sont jusqu’à 330 voitures par heure qui pourront être transportées sur le NM Armand-Imbeau II, soit 47 % de plus que son prédécesseur, « ce qui permettra moins d’attente dans les périodes achalandées et moins de gens laissés à quai ».

Aires d’attente

François Bertrand confirme que la Société des traversiers du Québec et le ministère des Transports travaillent conjointement afin de bonifier l’expérience-client à la traverse Tadoussac-Baie-Sainte-Catherine, « en prévoyant l’amélioration des aires d’attentes où les gens pourront descendre de leurs véhicules ».

Le NM Armand-Imbeau II et le NM Jos-Deschênes II devraient être tous deux en service d’ici le début de l’année 2019. C’est une enveloppe de 360 M$ qui a été prévue pour la construction des deux bâtiments de la STQ.

Poster un Commentaire

avatar