Un roman historique sur un pan de la Seconde Guerre mondiale – François Bouchard publie 10 juin 1944

Un roman historique sur un pan de la Seconde Guerre mondiale – François Bouchard publie 10 juin 1944

François Bouchard a récemment publié 10 juin 1944, un roman historique qui raconte les pires atrocités commises en France en une seule journée pendant la Seconde Guerre mondiale. Photos Le Manic

Baie-Comeau – La langue française et l’histoire, François Bouchard en mange. Cet amoureux des langues en général vient de publier 10 juin 1944, un roman historique qui lève le voile sur un pan méconnu de la Seconde Guerre mondiale.

« L’histoire m’a toujours intéressé quand même, mais les archives aussi, les archives et l’histoire, plus particulièrement l’histoire de la Seconde Guerre mondiale », explique l’auteur, enseignant en français et en histoire à l’école secondaire Serge-Bouchard et diplômé en études allemandes et linguistique française de l’Université de Montréal.

10 juin 1944 raconte une journée d’atrocités commises dans une petite bourgade de France, Ouradour-sur-Glane. Une journée marquée par l’assassinat par des soldats allemands de 642 villageois, soit la presque totalité de la population, et l’anéantissement du village.

« Il y a eu le débarquement de Normandie le 6 juin, donc quatre jours avant. La SS qui montait de plus en plus vers la Normandie et sur son chemin commettait quelques crimes et des actes de représailles comme ça pour semer la terreur tout le long de son chemin. Le général qui a commandé tout ça a fini par mourir à la fin du mois de juin et n’a donc pas pu être traduit en justice », dit-il.

Douze heures d’enfer

Le massacre s’étend sur une douzaine d’heures. « C’est vraiment les faits racontés d’heure en heure », poursuit François Bouchard. Chaque chapitre correspond d’ailleurs à une heure précise. Le lecteur découvrira le déroulement de l’opération par le compte-rendu livré par quelques-uns de ses acteurs, issus de la population ou encore des troupes allemandes. Les faits sont romancés de façon à ce qu’ils puissent se rejoindre.

« Le 10 juin 1944, c’est l’assassinat à plus grande échelle de civils en France, de civils assassinés en une seule journée. Malgré tout, ce n’est pas si connu que ça. Ça se termine vraiment selon la version du général qui a commandé tout ça, qui dirigeait les troupes », explique-t-il, tout en notant la falsification de son rapport.

François Bouchard a effectué beaucoup de recherches et de lecture pour vraiment s’imprégner de ce qui s’est passé cette journée-là. Il s’est ensuite fait un plan. Son écriture s’est faite ensuite chapitre par chapitre, sauf dans le cas du premier, qu’il a choisi d’écrire tout juste avant de se lancer dans le dernier.

« J’ai romancé à travers ça pour que ça puisse se tenir. Le rythme est très rapide. C’est événement sur événement sur événement », assure celui qui a voulu remettre ce massacre-là en mémoire « pour ne pas que ça tombe dans l’oubli ».

Du vélo à la guerre

De retour dans sa ville natale depuis août 2017, l’auteur de 36 ans n’en est pas à l’écriture de son premier livre. En 2017, il a publié Le tour de la Gaspésie à vélo, un guide pratique publié par la maison d’édition Modus Vivendi.

10 juin 1944, c’est autre chose. L’ouvrage de 188 pages a été soumis à trois éditeurs québécois, mais sans succès. François Bouchard a donc décidé de l’autoéditer. Le thème plutôt polémique de la guerre et le fait que l’auteur ne soit pas connu ont rendu les éditeurs frileux.

« Si j’avais été plus connu, à mon troisième ou quatrième roman, ça aurait été certainement différent », note-t-il.

L’ouvrage en est à sa première réimpression. L’auteur préfère commander peu d’exemplaires à la fois. Une vingtaine d’entre eux sont disponibles à la Librairie A à Z.

Sa première impression, il l’a réservée à son entourage. Il a d’ailleurs pris ses parents et sa sœur par surprise à Noël en leur offrant une copie en cadeau. Ils ont été d’autant plus bouche bée qu’ils ignoraient tout de son projet d’écriture.

C’est une vidéo sur YouTube qui a été l’élément déclencheur du projet de François Bouchard, duquel il aura accouché au bout de cinq ans.

Poster un Commentaire

avatar