La Côte-Nord fait bande à part pour le recul de son PIB

La Côte-Nord fait bande à part pour le recul de son PIB

La reprise de l’industrie minière et l’activité intense dans les scieries de la Côte-Nord, dont Scierie des Outardes (photo), devraient contribuer à améliorer le PIB. Courtoisie René Méthot

Baie-Comeau – La Côte-Nord fait bande à part au Québec en matière de croissance économique, selon les plus récentes données diffusées par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), soit celles de 2016. Elle est la seule région à observer un recul de son produit intérieur brut.

Pour une quatrième année consécutive, le PIB accuse des pertes, quoique moins importantes cette fois-ci. « Hormis la Côte-Nord (-0,3 %), toutes les régions du Québec connaissent une augmentation de leur PIB en 2016 », souligne l’ISQ dans un communiqué émis la semaine dernière à la suite de la parution de la publication Produit intérieur brut régional par industrie au Québec.

Dans les faits, pour l’ensemble du Québec, il est question d’une croissance moyenne du PIB de 2,8 %. Cependant, elle est supérieure dans trois régions éloignées. Il est question d’une hausse de 12,5 % dans le Nord-du-Québec, de 6,5 % en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et de 5,3 % en Abitibi-Témiscamingue.

Économiste à l’ISQ, Mario Beaulieu explique que le secteur de la production de biens a connu une diminution en 2016 sur la Côte-Nord, principalement dans la construction et l’extraction minière. Nouvelle encourageante, la chute du PIB diminue. De 1,6 % qu’il était en 2013, le recul était passé à 9,3 % en 2014 et à 3,9 % en 2015. Avec -0,3 %, tous les espoirs sont permis pour un véritable revirement de situation lorsque les données de 2017 seront publiées.

La confiance règne
Le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong, est de ceux qui croient à une reprise. Il considère positif le redémarrage d’une mine à Fermont, tout comme l’activité intense enregistrée dans les scieries de la Côte-Nord, notamment chez Scierie des Outardes.

Il rappelle aussi que les opérations vont bien à la papetière de Baie-Comeau, tandis que de son côté, « Alcoa a un rythme d’enfer de production ».

« On s’attend à ce qu’il y ait une amélioration notable dans la prochaine année. On travaille fort pour améliorer la situation », conclut le préfet.

Poster un Commentaire

avatar