L’Océanie et l’Asie dans la mire – La famille Belzile part en cavale jusqu’à l’été 2019

L’Océanie et l’Asie dans la mire – La famille Belzile part en cavale jusqu’à l’été 2019

Audrey et Pascal s’apprêtent à vivre le voyage d’une vie avec leurs deux enfants, Lili et Antoine. Photo Mélanie Labrie

Baie-Comeau – Partir à l’aventure des mois et des mois afin de découvrir le monde en famille tout en emmagasinant de précieux souvenirs, c’est le rêve de plusieurs. Ce rêve, Audrey Telmosse Castonguay et Pascal Belzile s’apprêtent à le réaliser. Bye bye Baie-Comeau et bonjour l’Océanie et l’Asie!

Avec leurs deux enfants, Antoine, 10 ans, et Lili, 7 ans, les deux Baie-Comois entreprendront ce lundi 15 octobre le voyage d’une vie. Leur retour est prévu quelque part en juin ou en juillet 2019.

Ce périple, ils le préparent depuis deux ans et demi. « À l’hiver 2016, l’idée a germé et on a pris la décision d’aller de l’avant là-dedans », raconte Pascal, en soulignant que leurs emplois (elle travaille à l’hôpital et lui chez Hydro-Québec) leur permettaient de prendre des congés à traitement différé et que le projet était aussi réalisable du côté financier et scolaire.

Il faut dire que le couple imagine ce long voyage depuis bien longtemps. « On s’est mariés en 2008 et c’était le voyage de noces qu’on voulait faire », indique Audrey. Cependant, c’était sans compter la belle surprise qui l’attendait : elle était enceinte.

Or, au lieu de diriger leur gouvernail au loin, le voyage de noces a pris une toute autre allure. « On est allés à Baie-Trinité, une nuit », précise Pascal, en riant. « Une nuit, puis on est tombés en rack là», ajoute Audrey, en s’esclaffant.

Itinéraire

Si Audrey et Pascal ont opté pour l’Océanie et l’Asie, c’est tout simplement parce que c’est loin. Ils voulaient s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’une destination possible pour un voyage de quelques jours, illustrent-ils. « On ne va pas à Bangkok ou en Nouvelle-Zélande une fin de semaine », explique Pascal.

Le choix de l’Asie a été pris en tenant compte de l’importance de baigner dans la différence par rapport au mode de vie nord-américain. « C’est pour découvrir la différence », précise Audrey, avant que Pascal précise que « la culture, la bouffe, la religion, tout est vraiment complètement différent ».

La Thaïlande et la Nouvelle-Zélande se trouvaient en haut de leur liste de destinations favorites et ils ont dessiné leur itinéraire à partir de ces deux pays. « On commence avec la Nouvelle-Zélande (pour un mois) et par la suite, on va remonter l’Asie pendant huit mois », indique Pascal. Les déplacements s’effectueront tantôt en avion, tantôt en train, en autobus ou en tuk tuk.

Cependant, avant d’atterrir en Océanie, la petite famille aura passé quelques jours à Vancouver, le temps de prendre l’avion qui l’amènera aux îles Fidji pour une autre semaine. Au retour l’été prochain, un petit crochet en sol américain du côté d’Hawaï est prévu.

Questionnés sur les incontournables à leur liste de choses à faire et d’endroits à visiter, ils affirment que tout ce qu’ils ont noté est incontournable. Pascal parle cependant des temples d’Angkor au Cambodge, tandis qu’Audrey souligne que son Noël à Singapour, elle y tient. « Ils fêtent Noël un peu à l’occidental », précise l’amoureuse de cette période de l’année.

Toute une organisation

Partir aussi longtemps nécessite toute une organisation. Depuis l’hiver 2016, les deux conjoints ont revu leur mode de vie afin de faire le plus d’économies possible en fonction de leur voyage. Ils ont vendu l’une de leurs deux voitures, coupé le câble et rationaliser dans les restaurants, les vêtements et leurs projets de vacances estivales, entre autres. « Ç’a été beaucoup de sacrifices sur le plan financier », assure Audrey. « C’est fou tout ce qu’on peut économiser », renchérit Pascal, qui rappelle l’importance pour lui et sa conjointe de ne pas partir en voyage à crédit.

Le couple a longuement hésité à louer sa maison pendant une si longue absence, craignant de ne pas tomber sur de bons locataires. Cependant, en août, une occasion en or s’est présentée, ce qui lui assurera une rentrée d’argent fort bienvenue pour ce long voyage qu’il estime à un coût de 50 000 $. « On arrive flush », précise Pascal.

Côté scolaire, les deux parents se transformeront en professeurs tout au long du périple. Ils disent avoir reçu un sérieux coup de main du personnel de l’école Bois-du-Nord dans leur préparation. Leur plan de scolarisation a été approuvé par le ministère de l’Éducation.

Jusqu’en février prochain, les différents hébergements où s’installera la petite famille sont pratiquement tous réservés. Pour pallier toute éventualité, les deux parents ont opté pour des endroits où les annulations gratuites étaient possibles.

Fait à noter, les voyageurs alimenteront un blogue tout au long de leur périple et au gré des connexions Internet. Il sera possible de les suivre au www.lesbelzileencavale.com.

Poster un Commentaire

avatar