Le samedi 2 février – La Journée m’enchante espère « enchanter » la Manicouagan

Le samedi 2 février – La Journée m’enchante espère « enchanter » la Manicouagan

La 15e édition de La Journée m’enchante sera-t-elle soulignée, ce 2 février, dans la Manicouagan? L’initiatrice de l’événement, Julie Lecours, le souhaite ardemment. Photo archives Le Manic

Baie-Comeau – Chanter en chœur pour égayer le quotidien des aînés, soit, mais le faire à une date précise avec d’autres groupes au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde, c’est le défi que relève depuis 2005 l’événement La journée m’enchante et l’année 2019 n’y fera pas exception.

Julie Lecours tient encore aujourd’hui la barre de l’événement qu’elle a mis au monde et elle espère que des chanteurs de la Manicouagan et d’ailleurs sur la Côte-Nord répondront à son appel, comme ils le font depuis plusieurs années déjà. La semaine dernière, toutefois, aucun groupe ne s’était encore inscrit.

Wilfrida Jomphe et la chorale Saint-Nom-de-Marie ont rarement manqué une édition depuis une dizaine d’années.

À titre d’exemple, en 2018, ils ont chanté à l’Oasis des pionniers dans le cadre de La Journée m’enchante, tandis que l’année précédente, ils faisaient le bonheur des gens à la résidence Carleton.

Cette année, par contre, tout laisse croire que Mme Jomphe et ses choristes prendront une pause. Jointe au téléphone, la cheffe de chœur confirme qu’elle ne s’est pas inscrite cette année. Il faut dire que celle qui fêtera ses 80 ans en février est grandement sollicitée, avec son groupe, dans la communauté.

D’ailleurs, le 7 février, la chorale se produira au centre de jour L’Hospitalière à La Vallée des Roseaux. « On va faire une activité pour La Journée m’enchante, mais pas à la bonne date », indique-t-elle.

M. et Mme Tout-le-monde

Pas nécessaire de faire partie d’une chorale pour participer à l’événement, précise Julie Lecours.

Elle invite M. et Mme Tout-le-monde à simplement se rassembler et « faire une visite spéciale et différente » à des personnes âgées, parfois même à ses propres parents en résidence. « C’est une opportunité d’apporter de la joie », insiste-t-elle.

La Journée m’enchante se caractérise par le fait que les choristes s’installent près des aînés, parfois en leur tenant la main, pour les faire chanter avec eux.

« Moi, je leur propose de se mêler aux gens, d’aller leur dire bonjour. Je pousse beaucoup pour que ce ne soit pas un concert. On veut amener les gens à chanter », rappelle Julie Lecours.

Depuis le lancement du projet en 2005, pas moins de 7 500 enchanteurs (les chanteurs) et 34 000 enchantés (les aînés) y ont participé au Québec, en Ontario, en France, en Italie, en Belgique, au Costa Rica, à l’île de la Réunion, en Guadeloupe, en Martinique et au Sénégal.En 2018, 75 groupes y ont participé. En 2017, ils étaient 15 de plus.

Pour faire partie de l’édition 2019 de La Journée m’enchante, il faut créer un groupe de 5 à 10 personnes, contacter un responsable dans l’établissement ciblé, créer un carnet de chants personnalisés et s’inscrire au projet (www.journeejoie.org). L’inscription est gratuite, mais obligatoire.

Poster un Commentaire

avatar