La Revue d’histoire de la Côte-Nord se penche sur l’histoire forestière

La Revue d’histoire de la Côte-Nord se penche sur l’histoire forestière

Le président de la Société historique de la Côte-Nord, Raphaël Hovington, tient un exemplaire du tout premier numéro de la Revue d’histoire de la Côte-Nord. L’archiviste Catherine Pellerin l’accompagne. Photo Le Manic

Baie-Comeau – La forêt, un incontournable dans la création et l’évolution de la région, est au cœur du tout dernier numéro de la Revue d’histoire de la Côte-Nord, lancé samedi dernier à la bibliothèque Alice-Lane de Baie-Comeau.

« La forêt est associée étroitement à l’histoire de la Côte-Nord. Sans forêt, Baie-Comeau n’existerait pas », n’a pas manqué de rappeler le président de la Société historique de la Côte-Nord, Raphael Hovington, soulignant au passage que de mémoire, le présent numéro de la revue d’histoire est celui où il y a le plus de textes sur un même thème.

Des textes sur le « château » oublié du colonel McCormick près de la rivière Amédée, sur une visite d’un chantier forestier sur l’île d’Anticosti et sur le témoignage d’une femme dans les cuisines de camps de bûcherons émaillent entre autres ce numéro, illustré en page couverture par un groupe d’Innus de Pessamit faisant la drave sur la rivière aux Anglais en 1947.

Il y aurait une autre première dans ce numéro, soit le plus grand nombre de femmes ayant signé un texte, au nombre de six. Celui de l’une d’entre elles, Esther Ross, cherche à démêler le vrai du faux de la vie de deux personnages célèbres de la Côte-Nord, Henry De Puyjalon et Johann Beetz.

Se pousser du chantier

Pour se mettre dans l’esprit lors du lancement, Éric Dufour a raconté de façon colorée un moment de la vie du bûcheron Frank Misson, qui a jumpé de son chantier au nord de Shelter Bay (Port-Cartier) et parcouru des dizaines et des dizaines de kilomètres en raquettes afin d’arriver tout juste à temps chez lui, à Havre-Saint-Pierre, pour assister à l’arrivée au monde de son cinquième enfant.

Pour sa part, Claire Du Sablon signe un papier sur l’œuvre de sœur Yvonne de la Mirande, fondatrice et directrice générale de l’hôpital de Hauterive. Pierre Rouxel s’attarde quant à lui sur l’arrêt en 1639 à Tadoussac des premières religieuses en Nouvelle-France, un contingent dans lequel se trouvait nulle autre que sœur Marie de l’Incarnation, qui fondera notamment l’Hôtel-Dieu de Québec.

Coups de patin

Le lecteur de ce numéro 65-66 de la Revue d’histoire de la Côte-Nord pourra également en apprendre plus long sur des moments marquants de l’histoire du hockey et du patinage dans la région de Baie-Comeau, des années 40 à 90.

Rappelons d’ailleurs au passage que cet été, l’exposition de la Société historique de la Côte-Nord porte le titre Coup de patin : la passion canadienne pour le patinage. Cette exposition est ouverte au public, jusqu’au 8 septembre, à la Maison du patrimoine Napoléon-Alexandre Comeau.

Lors du lancement de la revue, Raphaël Hovington a aussi souligné que le premier numéro avait également été lancé un samedi de juin il y a 34 ans. « Nous voulions alors développer une génération d’auteurs », a-t-il fait valoir.

L’idée a assurément fait des petits car depuis cette date, 232 personnes ont signé au moins un texte dans la Revue d’histoire de la Côte-Nord.

Signalons au passage que cette revue est produite en alternance par la Société historique de la Côte-Nord et la Société historique du Golfe, cette dernière ayant pignon sur rue à Sept-Îles.

Poster un Commentaire

avatar