Le CISSS de la Côte-Nord creusera son déficit à 15 M$

Le CISSS de la Côte-Nord creusera son déficit à 15 M$

Photo Le Manic

Sept-Îles – Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord prévoit inscrire un déficit de 15 M$ pour son année financière 2018-2019. L’institution avait dû demander une aide de 13,9 M$ à Québec en mars dernier pour boucler l’année précédente.

Cette information a été dévoilée par le président-directeur général du CISSS Côte-Nord, Marc Fortin, à l’occasion de la séance du conseil d’administration tenue à Sept-Îles la semaine dernière. L’institution présentera de nouveau une demande au gouvernement pour l’aider à combler son déficit.

Dans une entrevue au Nord-Côtier, Marc Fortin attribue principalement le déficit aux coûts de la main-d’œuvre et des nouveaux médicaments.

Le recours à la main-d’œuvre indépendante et aux heures supplémentaires, lesquels sont très onéreux, sont amplifiés par le nombre de postes à combler. M. Fortin estime que le CISSS doit pourvoir 40 postes d’infirmières et 30 postes de préposés aux bénéficiaires. Des démarches de recrutement dans les pays européens francophones sont notamment en cours. « Ça va prendre du temps pour réaliser tout ça », prévient-il.

Selon les données disponibles sur le site internet du CISSS le recours à la main-d’œuvre indépendante est en hausse de 72 % pour les quatre premiers mois de l’année financière 2018-2019, comparativement à l’année précédente.

Solutions non « actualisées »

Le pdg de l’établissement nord-côtier affirme que plusieurs solutions ont été planifiées en vue d’un retour à l’équilibre budgétaire, mais qu’elles n’ont pas été « actualisées ».

Il cite en exemple les regroupements de services dans certains établissements de soin ainsi que la réorganisation du travail. Cette optimisation de l’utilisation du personnel diminuerait les heures supplémentaires et le recours à la main-d’œuvre indépendante.

Or, des « négociations intensives » sont en cours depuis près d’un an avec les syndicats relativement à des matières locales. Leur conclusion est prévue pour cet automne.

« Quand on aura terminé ces négociations et qu’on aura des conventions signées, là on pourra s’asseoir avec eux autres et actualiser certains aspects de notre plan de retour à l’équilibre budgétaire », indique Marc Fortin.

Ce dernier espère un retour à l’équilibre budgétaire « le plus tôt possible », mais tout en prenant soin de faire les choses correctement. « Il faut maintenir l’ensemble de nos services sur la Côte-Nord. Ça, ce n’est pas une lubie, c’est une nécessité », insiste-t-il.

Médicaments coûteux

Marc Fortin pointe aussi du doigt l’augmentation le coût de certains nouveaux médicaments spécialisés dans le traitement des cancers.

« On estime qu’on va avoir un impact financier additionnel d’environ 3 000 000$ sur les médicaments en oncologie », dit-il. Le CISSS de la Côte-Nord demandera une aide ponctuelle au ministère de la Santé à ce propos.

Le conseil d’administration a également annoncé que Me Marc Brouillette occupera les fonctions de directeur des ressources humaines, communications et affaires juridiques à compter du 1er novembre. Il succède à Me Vicky Lapierre, nommée juge à la Cour du Québec en mars dernier.

Dre Marie-Claude Lebel, obstétricienne-gynécologue, a été nommée comme nouvelle directrice des services professionnels et de l’enseignement universitaire. Elle intégrera progressivement ses nouvelles fonctions à compter du 1er novembre.

Un nouveau directeur des soins infirmiers a également été annoncé. Il s’agit de M. David Gravel, entré en poste le 1er octobre.

Poster un Commentaire

avatar