Le curé Lemieux relance le projet de l’orgue Casavant

Le curé Lemieux relance le projet de l’orgue Casavant

Si la paroisse Saint-Jean-Eudes a accepté que l’orgue Casavant, devenu excédentaire dans l’archidiocèse de Québec, soit installé à la cathédrale, c’est pour contribuer à la préservation de ce bien du patrimoine religieux au Québec, explique le curé Yves Lemieux. Photos archives Le Manic

Baie-Comeau – Quinze mois après la livraison à la cathédrale Saint-Jean-Eudes de Baie-Comeau d’une partie de l’orgue Casavant offert par l’archidiocèse de Québec, l’autre partie des pièces est toujours en attente de restauration chez le fabricant, mais le dossier progresse, assure le curé Yves Lemieux.

Après une relâche de quelques mois, le projet vient d’être réactivé. « On a reçu les plans des architectes et les devis de Casavant. On a fini par recevoir l’étude des ingénieurs de TDA. On va donc être capable de faire une facture globale pour relancer nos bienfaiteurs », explique le curé Lemieux.

Selon lui, une réunion doit se tenir la semaine prochaine, à Québec, afin de finaliser le dossier. « On est en mode relance pour procéder là. On s’est dit il faut que ça bouge », mentionne-t-il. Les bienfaiteurs dont il est question résident dans l’archidiocèse de Québec et tiennent à la préservation de l’orgue, un joyau du patrimoine religieux québécois.

On se souviendra que l’ensemble du projet, soit le démontage, la restauration, le transport et l’installation, était estimé entre 350 000 $ et 400 000 $ au printemps 2017. Un certain montant devrait provenir d’une partie des profits de la vente de l’album de chants liturgiques Agnus Dei, lancé au cours des derniers mois par Mario Pelchat et une chorale de prêtres.

Bien patrimonial à préserver
Faut-il rappeler que le projet de doter la cathédrale de Baie-Comeau du magnifique instrument fait suite à la fermeture et à la démolition de l’église Saint-François-d’Assise à Québec, où il se trouvait.

Afin d’éviter que l’orgue trouve un acquéreur à l’extérieur du Québec, comme ce fut le cas pour plusieurs autres orgues dans la foulée de la disparition graduelle d’églises, l’archidiocèse a fait des démarches pour dénicher des organisations intéressées dans la province.

Or, dans la même période, la paroisse Saint-Jean-Eudes était à la recherche d’un orgue pour remplacer le sien en raison des coûteuses réparations qu’il nécessitait. Parmi toutes les paroisses au Québec qui avaient levé la main pour accueillir le lourd instrument de 20 000 livres, seule la cathédrale possédait l’infrastructure nécessaire pour le faire, après la réalisation de certains travaux tout de même.

La propriété de l’orgue
Même si l’orgue sera installé à la cathédrale, la paroisse ne compte pas en être propriétaire. Elle souhaite qu’un organisme du milieu en assume la gestion et s’assure qu’il serve à la communauté.

« La paroisse ne veut pas s’accaparer cet instrument-là. Nous, à la paroisse, on n’a pas besoin de ça. Un petit orgue ferait notre bonheur », précise le prêtre.

Si le projet d’installation du magnifique orgue Casavant à la cathédrale a vu le jour, c’est véritablement pour permettre de préserver ce bien patrimonial au Québec, a dit Yves Lemieux en conclusion.

Poster un Commentaire

avatar