L’Église évangélique se construit un chez-soi à Baie-Comeau

L’Église évangélique se construit un chez-soi à Baie-Comeau

Vianney Harel, chargé de projet pour l’Assemblée chrétienne évangélique de Baie-Comeau, et son président Jean-Pierre Dupont posent devant le bâtiment en construction à l’intersection des boulevards Jolliet et Mgr-Bélanger. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Pendant que des églises ferment ou en arrachent financièrement partout au Québec, l’Assemblée chrétienne évangélique de Baie-Comeau se lance dans la construction d’un bâtiment au cout de 330 000 $. Dès le mois de septembre, elle pourra y accueillir ses membres à titre de propriétaire plutôt que locataire.

La future église, de dimensions plutôt modestes, est en construction depuis le début du mois de juin sur un grand terrain situé à l’intersection du boulevard Jolliet et du boulevard Mgr-Bélanger. « La construction d’un bâtiment, c’est un projet que je porte depuis une quinzaine d’années », explique le président du regroupement, Jean-Pierre Dupont.

L’Assemblée chrétienne évangélique de Baie-Comeau existe depuis la fin des années 70. M. Dupont a fait partie des membres fondateurs. Il en a d’ailleurs été le premier président. Depuis environ six ans, le regroupement loge dans un local commercial du boulevard Laflèche. Auparavant, sa trentaine de participants se réunissait dans des écoles ou autres locaux en ville.

Comme l’argent demeure le nerf de la guerre, la petite communauté a attendu d’avoir les fonds nécessaires pour passer à l’action. Les économies engrangées ces dernières années, jumelées à des dons reçus d’autres églises évangéliques au Québec et à un emprunt hypothécaire, lui permettent de réaliser les travaux en 2017.

Le projet immobilier a été conçu dans le respect de la capacité de payer de l’assemblée. Sa superficie équivaut à deux grandes maisons ou encore trois petites. « On visait à ce que nos couts d’occupation soient égaux ou inférieurs à des couts de location. Quand on a fait le choix de la grandeur, on voulait s’assurer que ça ne soit pas trop grand de façon à ce que ça ne devienne pas un fardeau pour les membres », souligne le président.

Participation haussée

À la lumière de l’expérience vécue dans d’autres villes, notamment à Saguenay, M. Dupont s’attend à ce que la future église se suscite un intérêt nouveau, entrainant dans son sillage une augmentation de la participation.

La grande salle de rencontre aura une capacité de 80 à 100 personnes, mais à une soixantaine sur place, elle n’en paraitra pas vide pour autant, assure le président. Quelques petits locaux seront aussi aménagés.

L’Assemblée chrétienne évangélique de Baie-Comeau préfère y aller modestement dans un premier temps. S’il le faut, une deuxième phase pour l’agrandissement de l’édifice n’est pas exclue.

À l’origine

L’Église évangélique est un regroupement qui repose sur quatre activités principales. Il s’agit de l’enseignement des apôtres, de la communion fraternelle, de la fraction du pain et du vin (le partage des symboles) et des prières. « Ces quatre activités-là découlent de ce qu’étaient habitués de faire les premiers chrétiens », explique le président, qui, après sa conversion, est allé décrocher un baccalauréat en théologie.

Par rapport à la religion catholique, l’Église évangélique, un maillon de la religion protestante, se distingue par le côté participatif des assemblées.

« On est moins dans le passif où il y a quelqu’un en avant qui fait tout. On est plus dans le participatif. Le leadership dans l’église est partagé par les responsables Quand on est ensemble, c’est tout le monde qui chante.», note M. Dupont.

Longtemps considérée comme taboue, la spiritualité redevient un besoin ressenti par les gens, selon lui. « On se rend compte que les gens qui ont une foi quelconque, ça leur sert d’ancrage », affirme le président. L’Église évangélique veut fournir des pistes de réflexion aux personnes en étant à leur écoute et en leur apportant l’information nécessaire, dit-il.

« Ce qu’on prétend être, c’est de dire on prolonge l’expérience des disciples de Jésus-Christ, soit l’expérience des premiers chrétiens. Les premiers chrétiens ont vécu un moment d’arrêt, de réflexion et ensuite ont fait un choix volontaire de marcher dans les traces de Jésus-Christ. On veut leur offrir une alternative dans le cadre d’une période de choix et de questionnement », conclut M. Dupont.

Fait à noter, l’Assemblée chrétienne évangélique de Baie-Comeau s’apprête à changer de nom. Elle deviendra l’Église évangélique de Baie-Comeau ou de Manicouagan, selon le choix des membres.

Poster un Commentaire

avatar