Lemay et Bérubé remettent ça au Ironman 70.3

Lemay et Bérubé remettent ça au Ironman 70.3

Richard Bérubé et sa conjointe Annabelle Lemay ont remis ça avec une autre belle performance au Ironman 70.3

Baie-Comeau – Annabelle Lemay et son conjoint Richard Bérubé viennent de s’offrir un beau cadeau de mariage en complétant, pour une deuxième année consécutive, le fameux Ironman 70.3 du Mont-Tremblant.

Les futurs époux, qui convoleront en justes noces le 13 juillet prochain, ont réalisé une autre performance mémorable lors de cette commande de taille comportant des sections de 1,9 km de natation, 90 km de vélo et 21,1 km de course à pied.

Après avoir relevé le défi en couple l’an dernier, les deux athlètes l’ont fait de façon plus individuelle avec l’objectif d’améliorer leur performance de 2017 (temps global de 6 heures, 39 minutes) tout en espérant vivre une aussi belle expérience.

Profitant de nouveau d’une météo favorable (pas trop chaud, des nuages avec l’eau du lac à 18,5 degrés celsius), les Baie-Comois ont amorcé leur aventure vers 7 h 45 et ont complété une bonne journée de travail avec des nouvelles marques personnelles à leur actif.

Bilan

Richard a été le premier à franchir le fil d’arrivée avec un temps officiel de 5 heures, 52 minutes et 18 secondes. Sa partenaire de vie a amélioré son record de 33 minutes avec une montre indiquant 6 heures, 06 minutes et 27 secondes.

Annabelle a été la première à sortir du lac après 41 minutes, trois minutes avant son complice, qui a ensuite pédalé les 90 kilomètres en 3:01:03 (27 minutes de mieux qu’en 2017) contre 3:22:05 (amélioration de 12 minutes) pour Lemay.

La coureuse locale a ensuite filé à vive allure pour son demi-marathon de 21,1 km qu’elle a complété en 1 heure, 49 minutes et 43 secondes (2:07:07 l’an dernier). Bérubé a franchi la distance en 1 heure, 55 minutes et 51 secondes.

Heureux

« Nous sommes très heureux d’avoir pu faire mieux au final et dans chacune des disciplines. L’expérience fut encore une fois extraordinaire avec une satisfaction incroyable à l’arrivée, surtout dans les 200 derniers mètres avec la foule qui encourage », a commenté fièrement le professeur d’histoire.

Contrairement à l’an passé, le duo n’a pu compter sur leurs supporteurs personnels pour les acclamer. « On a fait ça en amoureux. C’est une activité de couple comme une autre », a ajouté en riant Richard, qui va maintenant concentrer ses énergies sur un tout autre genre de défi.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar