Un déficit deux fois plus élevé que prévu pour le CISSS

Un déficit deux fois plus élevé que prévu pour le CISSS

Le président-directeur général du CISSS de la Côte-Nord, Marc Fortin, souligne que sur le déficit de 14,5 M$, un montant de 3 M$ provient d'investissements réalisés dans des ressources intermédiaires et qui n'ont toujours pas été remboursés par Québec. Photo archives Le Manic

Sept-Îles – Avec un déficit prévu de 14,5 M$, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord a fait adopter la semaine dernière par son conseil d’administration un plan de retour à l’équilibre budgétaire.

Avant que le plan soit approuvé par le ministère, il devait tout d’abord être entériné par le CA, ce qui a été fait mercredi dernier. La prochaine étape sera d’informer les gens à l’interne selon Pascal Paradis, conseiller en communication au CISSS.

« Les différentes directions vont informer leur personnel, les syndicats vont être rencontrés. Dans les prochains jours, on fournira un tableau sur notre site web, avec les différentes mesures qui seront adoptées », précise-t-il. Le plan contiendra 28 mesures, échelonnées sur trois ans, qui permettraient de rattraper 9,6 M$ sur les 14,5 M$.

Le président-directeur général du CISSS, Marc Fortin, explique que de ce déficit, un montant de 3 M$ provient d’investissements du CISSS dans des ressources intermédiaires (RI). Le ministère n’aurait pas encore remboursé ces sommes.

« C’est 1,8 million qui va à la RI de la Résidence des Bâtisseurs de Sept-Îles, pour assurer 50 places, le reste va au CHSLD Boisvert à Baie-Comeau et une RI de Bergeronnes, affirme le pdg. On a fait les travaux dans ces installations, mais l’argent n’est jamais venu du ministère. On a pris ça dans notre budget général de fonctionnement. » Initialement, l’objectif des ressources intermédiaires était de décharger certains lits des centres hospitaliers.

De 7 à 14,5 M$

En janvier 2017, on avait annoncé que le déficit prévu serait de l’ordre de 7 M$ et la direction du CISSS croyait pouvoir arriver à l’éponger d’ici 2019.

À l’époque, plusieurs regroupements de services, des changements dans la gestion des ressources intermédiaires et la transformation d’une partie des lits du centre d’hébergement et de soins de longue durée de Havre-Saint-Pierre avaient fait partie des mesures adoptées par le conseil d’administration pour retrouver l’équilibre budgétaire.

Actuellement, le centre intégré de santé veut s’assurer de préserver tous les services à la population et de garder toutes les installations. « Ce difficile exercice constitue une opportunité pour le CISSS de la Côte-Nord de revoir certaines façons de faire et de réviser, dans certains secteurs, l’organisation du travail afin d’être plus efficace et, en fin de compte, d’offrir une meilleure prestation de service à nos usagers », conclut M. Fortin.

Poster un Commentaire

avatar