Un savon né d’un maillage entre Le Riviera et Cadelli

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Un savon né d’un maillage entre Le Riviera et Cadelli
Les 20 premiers pains de savon Riviera Pub ont trouvé preneurs dans une seule journée, mais une centaine d’autres seront disponibles dans un mois. Courtoisie Jean-Philippe Ouellet

D’ici un mois, il sera possible de mettre la main sur un nouvel inventaire d’une centaine de pains de savon Riviera Pub, fruit d’un maillage entre le resto-bar du même nom de Chute-aux-Outardes et l’entreprise Cadelli de Baie-Comeau.

Il faut dire que les 20 premiers exemplaires de ce savon pour les mains et le corps produit par Cadelli à partir d’huile de friture usée du Riviera Pub & Grill ont trouvé preneurs la première journée de leur mise en marché, le 26 août.

Le match parfait réalisé entre le restaurant et la créatrice de produits de beauté naturels a été initié par le projet Synergie 138, de la Société d’aide au développement de la collectivité de la Manicouagan.

Comme l’explique la chargée de projet, Édith Corbeil, le concept de savon fabriqué à partir d’huiles usées est une idée de Jean-Philippe Ouellet, propriétaire du Riviera, qui voulait en faire un objet promotionnel inusité. « Il voulait avoir un savon et elle (Cynthia Lebel, de Cadelli) se cherchait de l’huile de friture usée », explique-t-elle, en soulignant que le maillage était facile à faire, même si de prime abord, il peut surprendre.

Les savons au logo Riviera Pub contiennent à peine 5 % d’huile usée ayant subi une double filtration. Le mélange d’huiles essentielles qu’ils renferment procure une odeur qui rappelle la gomme balloune.

C’est à partir d’un audit effectué dans chacune des deux entreprises que Mme Corbeil a pu établir le contact entre elles. En trois ans, de nombreux audits du genre ont été faits dans la Manicouagan, permettant de brosser un tableau des intrants, des extrants et des besoins de chaque milieu visité.

Synergie 138 a une trentaine de projets de maillage sur la table, dont certains plus faciles à concrétiser que d’autres, notamment dans le milieu alimentaire.

Pour les chasseurs

La propriétaire de Cadelli souligne que sa collaboration avec le resto-bar de Chute-aux-Outardes débouchera aussi sur la fabrication d’un autre type de savon, destiné celui-là aux chasseurs.

« C’est un savon pour la chasse qui va sentir le sapin baumier », explique Cynthia Lebel. Il devrait être disponible dans deux semaines.
La femme d’affaires ouvrira officiellement les portes de son nouvel emplacement la semaine prochaine. Cadelli a déménagé ses pénates au 361, rue De Puyjalon en mars dernier, en plein début de pandémie.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des