Plus de 60 éducatrices recherchées dans les CPE de la Côte-Nord

Par Steeve Paradis 6:00 AM - 03 février 2022
Temps de lecture :

Directrice générale du Regroupement des CPE de la Côte-Nord, Odette Lavigne fait valoir que le métier d’éducatrice est en forte demande et que le salaire sera nettement plus intéressant que présentement. Photo RCPECN

Face aux besoins imposants en main-d’œuvre qu’il devra combler d’ici deux ans, et les besoins déjà présents maintenant, le Regroupement des centres de la petite enfance de la Côte-Nord lance une offensive de recrutement, avec d’importantes bourses et des formations payées, pour dénicher plus de 60 éducatrices.

« C’est une lourde commande, c’est très ambitieux », convient la directrice générale du regroupement, Odette Lavigne. « Et le chiffre de 60 est conservateur, car les besoins sont pressants. On cherche du monde pour tout de suite aussi. »

Afin d’atteindre cet objectif ambitieux, l’organisme commence donc à mousser les annonces faites en janvier par les ministres de la Famille et du Travail afin de stimuler les inscriptions en techniques d’éducation à l’enfance.

Ainsi, un jeune qui s’inscrit à ce programme au cégep peut recevoir une bourse pouvant totaliser 15 900 $. De plus, une formation alternant travail et études sera rémunérée. « C’est le moment parfait pour s’inscrire. Les montants sont alléchants pour les étudiants et ce sont de belles opportunités mises en place par les deux ministères », argue-t-elle.

Mme Lavigne souligne au passage que plusieurs installations ouvriront d’ici deux ans, sans compter les nouvelles places développées dans des installations déjà existantes. Les embauches doivent être complétées des mois avant l’ouverture.

« Quand on ouvre une nouvelle installation, on a des considérations légales à respecter à propos du personnel, qui doit être déjà formé. On n’a pas le choix de penser à long terme », explique la directrice générale, qui ajoute que les futurs éducateurs et futures éducatrices seront formés directement dans un CPE.

Outre les bénéfices financiers offerts, Odette Lavigne fait aussi valoir que le salaire des éducateurs et éducatrices devrait être considérablement bonifié sous peu. « Les négociations pour le renouvellement de la convention collective sont réglées et on entend dire que le salaire des éducatrices pourrait dépasser le cap des 30 $ l’heure, au sommet de l’échelle salariale. »

Les personnes intéressées à en apprendre plus long sur ces opportunités peuvent contacter le Regroupement des CPE de la Côte-Nord. L’organisme a d’autres projets de développement dans ses cartons, notamment en ce qui concerne le recrutement de responsables de services de garde en milieu familial.

Partager cet article