SOPFEU : un mois de juillet plus mouvementé

Par manic_admin_site
SOPFEU : un mois de juillet plus mouvementé

Baie-Comeau – Le bilan de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) révèle que le mois de juillet a été plus actif que les mois précédents dans les forêts de la Côte-Nord. Au total, 14 incendies sont survenus dans la région en juillet, dont sept causés par l’activité humaine et sept autres dus à la foudre. Six d’entre eux sont localisés dans la MRC de Haute-Côte-Nord, trois dans Manicouagan et cinq dans Sept-Rivières. Aucun feu n’a été déclenché à Caniapiscau, ni en Minganie. En tout, les incendies ont touché 16,9 hectares. Avec les températures chaudes qui ont perduré au cours du mois, la forêt a été plus vulnérable et continue de l’être. La moindre étincelle aurait pu s’embraser facilement et allumer un incendie de forêt. D’ailleurs, quatre incendies ont été allumés par les activités de récréation, deux ont été attribuables aux opérations industrielles et un causé par un résidant. Toutefois, selon le bilan de la SOPFEU, les forêts de la Côte-Nord s’en sortent bien. Depuis le début de la saison, 25 incendies ont été signalés à la Société de protection des forêts contre le feu sur le territoire nord-côtier alors, qu’à pareille date, en moyenne, l’organisme est déjà intervenu sur une quarantaine d’incendies, qui ont brûlé quelque 6 803 hectares. La situation est tout autre dans l’ensemble du Québec. Au 31 juillet, la SOPFEU a combattu 619 brasiers, qui ont consumé 36 438 hectares. Il s’agit d’une augmentation de près de 40 % des incendies de forêt. Dans la province, la moyenne des dix dernières années pour la même période est de 444 feux et 116 112 hectares embrasés. Appel à la prudence La SOPFEU fait appel à la collaboration de tous pour le mois d’août, car, au cours des prochaines semaines, les cueilleurs se donneront rendez-vous pour récolter des petits fruits sauvages. Chaque année, une vingtaine d’incendies sont allumés par les personnes pratiquant cette activité, puisque celle-ci a lieu généralement sur des sites dégagés qui s’assèchent plus rapidement que la forêt, sous l’effet du soleil et du vent. L’organisme rappelle donc de faire une pause pour fumer. «On ne doit pas fumer en travaillant. Immobilisez-vous sur une surface dégagée et prenez soin de bien éteindre votre mégot en le mouillant, en l’écrasant contre une roche ou en l’enfouissant dans du sable, avant de reprendre la cueillette», indique la SOPFEU dans un communiqué. La Société mentionne aussi qu’en véhicule tout-terrain, par temps sec, il faut privilégier les routes forestières et éviter le plus possible les parterres forestiers. Les parties très chaudes du moteur et du système d’échappement peuvent enflammer le combustible. En outre, avant de partir en forêt, il est recommandé de s’informer du danger d’incendie et des mesures préventives en vigueur, en se rendant sur le site Internet www.sopfeu.qc.ca sous l’onglet État de situation. Photo : En juillet, le bilan de la SOPFEU révèle qu’au total, 14 incendies sont survenus dans la région, dont sept causés par l’activité humaine et sept autres dus à la foudre. (Stéphane Chalifour)

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des