FerroAtlántica : Baie-Comeau en lice

Par 12:00 AM - 04 février 2014
Temps de lecture :

Baie-Comeau – C’est confirmé, Baie-Comeau fait partie des cinq municipalités étudiées par la compagnie espagnole FerroAtlántica pour l’implantation de son usine de silicium métallurgique.

Karine Boivin Forcier

Le député de René-Lévesque, whip en chef du gouvernement et ministre de la région Côte-Nord, Marjolain Dufour a confirmé que les intervenants économiques de la ville ont été rencontrés par les dirigeants de FerroAtlántica. «Oui, Baie-Comeau est en lice. […] Les gens de Baie-Comeau travaillent fort pour les attirer. Je peux vous le confirmer, j’étais là quand nous les avons rencontrés», a-t-il mentionné.

Le projet, qui devrait totaliser des investissements de 375 millions de dollars et permettre la création de 300 emplois, suscite la convoitise dans plusieurs régions du Québec. Quatre villes sont actuellement sur la liste de FerroAtántica aux côtés de Baie-Comeau, soit Bécancour, Saguenay, Shawinigan et Port-Cartier. «L’enjeux pour le gouvernement était d’attirer la compagnie au Québec. Ça a été fait. Maintenant, c’est aux municipalités de séduire l’entreprise», a indiqué M. Dufour.

Le député a également rappelé que FerroAtántica se donne encore quelques semaines pour prendre sa décision. Plusieurs facteurs peuvent influencer la décision de la compagnie, comme la présence d’un port en eau profonde, le gaz naturel ou la proximité de sources d’approvisionnement en bois. «C’est eux qui choisiront l’endroit où cela leur coûtera le moins cher pour opérer leur usine», note M. Dufour.

Projet structurant

De son côté, le commissaire industriel pour la Manicouagan et directeur du développement industriel chez Innovation et Développement (ID) Manicouagan (CLD), Guy Simard, se refuse à entrer dans les détails, laissant au gouvernement et à la compagnie le soin de s’exprimer dans ce dossier. «Il n’y a pas un commissaire industriel au Québec qui ne voudrait pas un projet structurant comme celui-là. Baie-Comeau a certainement besoin de projets de ce genre, mais c’est tout ce que je peux dire», a-t-il commenté. M. Simard a par ailleurs souligné que lui-même et ID Manicouagan ne ménagent pas leurs efforts pour faire la promotion du territoire de la Manicouagan et attirer des investisseurs.

Spéculations

Rappelons que, depuis l’annonce, par la première ministre Pauline Marois le 22 janvier, de l’implantation prochaine au Québec de l’usine de silicium de FerroAtlántica, les spéculations quant au choix du site vont bon train.

Depuis le 28 janvier, dans les médias des environs de Shawinigan, on donne déjà le projet à cette municipalité. Toutefois, selon Marjolain Dufour et Guy Simard, il est inutile de sauter trop vite aux conclusions. «C’est de la spéculation, et je n’embarque pas dans cette ronde de spéculation. C’est l’entreprise qui doit confirmer ses intentions. Elle poursuit ses analyses et c’est elle qui décidera», a déclaré M. Simard.

 

Photo : Photohélico.com

Partager cet article