Le navire F.-A.-Gauthier connaît encore des ratés

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 09 février 2016
Temps de lecture :

Baie-Comeau – Le F.-A.-Gauthier a repris la mer, lundi après-midi, après une interruption de service de 24 heures. Les anomalies détectées sur des génératrices a incité la Société des traversiers du Québec (STQ) à annuler l’aller-retour de dimanche entre Matane et Baie-Comeau, le temps de faire des vérifications auprès du manufacturier européen.

« On a eu des validations avec le manufacturier européen pendant la nuit (de dimanche à lundi) et on a procédé à des tests de résistance électrique. On a eu l’autorisation de Transports Canada pour reprendre le service », a mentionné la porte-parole de la STQ, Maryse Brodeur, lundi midi.

Si les traversées de dimanche et de lundi avant-midi ont été annulées, c’est pour respecter les consignes du manufacturier. « Quand on regardait le manuel d’opération, c’était signifié de rejoindre le manufacturier », a précise Mme Brodeur. Elle n’a pas manqué d’ajouter que le respect de la consigne était d’autant plus important dans un contexte de garantie.

Autobus nolisés

Pour accommoder les travailleurs à pied, qui sont nombreux, le dimanche, à voyager à bord du F.-A.-Gauthier, pour amorcer leur semaine de travail sur l’autre rive, la STQ a mis en place un service d’autobus d’appoint, une première dans son histoire.

Deux autobus ont été nolisés pour transporter les voyageurs à destination avec un long détour par Québec. Ils ont quitté Matane et Baie-Comeau dans la soirée de dimanche avec chacun une vingtaine de personnes à bord.

Les dernières anomalies aux génératrices s’inscrivent dans la foulée des quelque 130 ajustements et bris divers survenus sur le traversier depuis sa mise en service en juillet 2015. Elles ne sont pas considérées comme des bris, mais bien comme des ajustements, précise Mme Brodeur. Elle n’a pas manqué de souligner aussi que, mis à part le dernier arrêt de service, un seul autre événement a nécessité la suspension des traverses, le 9 janvier, lors de la réparation d’un joint d’étanchéité.

Déception et surprise

Le maire de Baie-Comeau et préfet de la MRC de Manicouagan, Claude Martel, exprime sa déception et sa surprise devant la situation. « C’est une grande déception. C’est un bateau neuf. En plus, la Société des traversiers a réduit le service. Ça ne s’améliore pas jusqu’à date », déplore M. Martel, en se disant surpris qu’un bateau qui a traversé l’Atlantique puisse éprouver autant de problèmes.

Devant l’annulation des traversées de dimanche et de lundi matin, l’élu se dit désolé pour les personnes qui ont ainsi dû reporter des traitements pour un cancer à l’hôpital de Rimouski parce « qu’on a un beau bateau neuf, mais qui fonctionne pas. » M. Martel se croise les doigts pour que F.-A.-Gauthier règle ses difficultés avant la prochaine saison estivale.

Colère

Pour sa part, le député de la circonscription de René-Lévesque, Martin Ouellet, se dit carrément en colère. « On a encore perdu un cycle de 24 heures. C’est bris par-dessus bris par-dessus bris. On nous parle d’une période de rodage, mais ça n’arrête pas. On est en droit de se poser la question si c’est un bon investissement ce bateau-là. Qu’on nous le prouve », martèle M. Ouellet.

En plus de compatir avec les gens qui ont dû faire le trajet entre les deux rives à bord d’autobus, l’élu a une pensée pour tous les camionneurs qui ont aussi fait le détour par Québec pour livrer leurs marchandises. « Qui va payer pour ça? Ce sont les clients », assure-t-il.

D’ailleurs, toujours dans la même lignée, M. Ouellet affirme que jusqu’à maintenant, le F.-A.-Gauthier est loin de livrer la marchandise, en plus de causer préjudice à la population en raison du peu de fiabilité de son service.

Partager cet article