Scierie des Outardes injecte 2 M$ de plus pour se moderniser

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 02 mars 2016
Temps de lecture :

Des pompiers sont à l’oeuvre chez Scierie des Outardes depuis environ 5 h ce matin à la suite d’un début d’incendie survenu dans un dépôt de résidus de bois. Photo archives Le Manic

Baie-Comeau – Produits forestiers Résolu amorce des travaux de modernisation de 2 M$ à son usine de sciage de Pointe-aux-Outardes. Ils permettront d’améliorer la capacité de production et de réduire les pertes, mais surtout d’assurer à la scierie de conserver son rôle de « leader dans un monde où la compétition est féroce. »
Charlotte Paquet
cpaquet@lemanic.ca
Directeur principal, Affaires publiques et relations gouvernementales chez PFR, Karl Blackburn insiste sur l’importance de cet investissement pour assurer le maintien des activités de Scierie des Outardes (SDO). Comme il le dit si bien, lorsqu’une entreprise laisse la décrépitude gagner ses installations, elle joue avec les poignées de sa tombe.
D’ailleurs, en peu de temps, ce sont des travaux de 4 M$ qui auront été réalisés chez SDO. On se souviendra qu’à l’automne, un autre projet de 2 M$ a été annoncé du côté de la chaudière et du dépoussiéreur. Les travaux sont sur le point d’être complétés. « Quatre millions de dollars dans l’espace de quelques mois, c’est extrêmement importants dans le contexte actuel », martèle M. Blackburn.
Ligne secondaire
L’investissement qui vient d’être annoncé concerne le secteur de la ligne de sciage secondaire réservée aux petits bois. Les travaux s’échelonneront jusqu’en mai. Ils seront réalisés pendant les fins de semaine.
Il n’est pas question de créer de nouveaux emplois, mais bien d’assurer la compétitivité de l’usine. « C’est sûr que tu ne crées pas 30 emplois de plus, mais tu maintiens les emplois actuels et tu t’organises pour rester dans le peloton de tête », rappelle le porte-parole.
Si Produits forestiers Résolu choisir d’investir dans son usine de sciage, ce n’est pas que la reprise du marché du bois d’œuvre soit bonne. Dans les faits, elle est même beaucoup plus lente que prévu, mais cela n’empêche pas l’industriel d’injecter de l’argent pour assurer l’amélioration de ses installations.
Il y a  quelques semaines à peine, le prix du bois d’œuvre a atteint son plus bas niveau depuis la crise économique de 2009. Selon M. Blackburn, la reprise américaine n’est pas nécessairement au rendez-vous et les prédictions pour 2015 ne se sont pas réalisées. L’Asie est également frappée par un ralentissement économique, ce qui a entraîné les industriels de la Colombie-Britannique à écouler leur production vers les États-Unis.
Scierie des Outardes donne de l’emploi à 135 personnes en usine.

Partager cet article