Samuel Vigneault prend de plus en plus sa place à Clarkson

Par Sandro Célant 12:00 AM - 29 juillet 2016
Temps de lecture :

Impliqué dans une deuxième campagne avec la troupe de hockey universitaire américain, le grand joueur de centre a très bien répondu à l’appel en 2015-2016 en se hissant au sommet des pointeurs de son équipe.

Après une première saison plus modeste durant laquelle il a compilé un bilan de six buts, sept passes et 13 points en 31 parties, Vigneault a démontré une nette progression au cours comme en témoigne sa fiche de 12 buts, 14 passes et 26 points en 36 rencontres.

« C’est vrai que les choses ont bien été. Il y a eu un déblocage sur le plan offensif et cela m’a permis d’avoir plus de temps de glace en fin d’année et de pouvoir participer à des avantages numériques », a reconnu le patineur de 20 ans, qui passe l’été à s’entraîner dans la Vieille Capitale.

Columbus

Approché par une dizaine de formations de la Ligue nationale pour un éventuel camp de développement, le numéro 21 a pris le temps de finir son calendrier officiel avant de faire une sélection.

Après une première expérience avec les Maple Leafs de Toronto, il y a deux ans, l’athlète local a rejoint le Lightning de Tampa Bay, l’an passé, avant d’opter pour Columbus en 2016.

« Cela a quand même été facile comme décision. Le responsable du développement chez les Blue Jackets, Chris Clark, est un ancien joueur de Clarkson. Il est venu me voir quelques fois durant l’hiver et je le connaissais un peu ».

Plus expérimenté, le Baie-Comois s’est senti plus à l’aise avec l’organisation menée par le DG Jarmo Kekalainen, qui a également fréquenté l’Université Clarkson dans le passé. « Disons que je savais plus à quoi m’en tenir et cela m’a aidé à rester plus calme et positif sur la patinoire ».

Dubois

Impliqué avec l’équipe des chandails gris, le produit local a même remporté les grands honneurs du petit tournoi amical de 4 x 4 en plus de retrouver l’attaquant Pierre-Luc Dubois, tout premier choix des Jackets au dernier repêchage. « Je le connaissais depuis son passage à Baie-Comeau. Il est resté le même. Il est très bon et représente vraiment un bel espoir pour eux ».

À l’entraînement cinq jours par semaine avec des joueurs professionnels comme les anciens du Drakkar David Savard (Columbus), Pascal Pelletier (KHL), le dynamique sportif ne ménage pas les efforts et se sent d’attaque du haut de ses 6 pieds, 5 pouces et 203 livres.

« J’ai déjà hâte de retourner à Clarkson. Nous avons vraiment une belle gang de gars et le club devrait être meilleur. À l’école, tout se passe bien. Au hockey, j’en serai à ma troisième saison et je veux prendre encore plus de place. Je veux dominer les marqueurs, mais également jouer un rôle plus important au sein des unités spéciales », a-t-il ajouté avec conviction.

Partager cet article